à votre service
Osi Hotchkiss 2 CV

De l’Auto Sport Museum à Mac Mahon

Nous sommes toujours au début du déconfinement. Une erreur de lecture du calendrier et me voilà devant un parking vide, certes, mais un musée ouvert. Le rendez-vous mensuel se tiendra la semaine prochaine, comme tous les deuxièmes dimanches. Alexis tient la boutique et attend un groupe.

Manque de chance, le confinement a suivi de très près l’exposition temporaire sur les constructeurs indépendants. Du coup, pour reprendre une expression actuelle, les voitures sont toujours là et la période de présentation au public est rallongée. Je ne vais pas reprendre le contenu de l’article du 14/04/2020, mais plutôt vous expliquer à travers les quelques lignes et photos qui suivent, l’adaptation réalisée pour répondre aux nouvelles exigences sanitaires.

OSI d’un jour, OSI toujours.

Il a fallu s’adapter et le visiteur trouve toutes les informations nécessaires sur la porte d’entrée.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
De l’Auto Sport Museum à Mac Mahon

A l’intérieur, c’est le parcours qui a été changé pour offrir un sens de circulation qui assure que les visiteurs ne se croisent pas. Les distances de sécurité sont ainsi faciles à respecter. Un fléchage au sol indique la direction à prendre et une chaine constitue une barrière anti étourdis.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
Le coin des Matra.

Pas de changements dans la salle des anglaises. Les voitures sont les mêmes. Il faut suivre le tapis rouge et tourner autour de l’axe central formalisé par les poteaux métalliques qui soutiennent la charpente.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
De l’Auto Sport Museum à Mac Mahon

En temps normal, la petite pièce qui abrite des pièces détachées est sans issue. Pour permettre un circuit sans croisement, le rideau est ouvert et la chaine a été retirée. A bien y penser, je trouve cela plutôt bien car cela met en valeur les pièces mécaniques exposées.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
Une peinture en trompe l’œil à l’arrière de la 205 offrirait une mise en scène rigolote.

Les plus observateurs reconnaissent un moteur bicylindres refroidi par air. Mais, sans l’aide de l’affiche, auriez-vous reconnu un moteur Panhard?

Mécanique simple.

De fait on arrive par l’arrière de la salle réservée aux expositions temporaires. Seules les positions des voitures ont changé.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
Ligiers & C°

Un petit arrêt sur image sur cette réplique britannique d’AC Cobra. Le constructeur est « Pilgrim Motorsports ». Cette société basée dans le West Sussex (au sud de Londres, non loin de la mer) existe depuis 60 ans. Elle est spécialisée dans les répliques de Cobra mais aussi de Porsche 356.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
Les 580 kilogrammes sont propulsés par un moteur deux litres qui développe 260 cv.

A titre personnel, j’ai du mal avec le volant et l’aspect « plastique » du tableau de bord.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
De l’Auto Sport Museum à Mac Mahon

Le circuit continue autour de nos deux petites Fiat.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
De l’Auto Sport Museum à Mac Mahon

La boucle est bouclée quand les deux Hommel font rempart. Fin de la visite. La sortie est proche.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
Auto Sport Museum à Chatillon Coligny (Loiret)

Montcresson

J’ai déjà eu l’occasion d’écrire qu’il ne fallait pas aller bien loin pour trouver des lieux d’intérêt. Le matin, en allant à Châtillon-Coligny, j’avais remarqué que la porte de l’église de Montcresson, petit village résidentiel, était ouverte.

Sur le chemin du retour, lors de mon passage, l’office étant terminé, les gens sont en train de sortir. Une intuition m’incite à me garer. Les curés se font rares, chaque église propose une messe à tour de rôle. Le reste du temps les portes sont le plus souvent fermées. C’est l’occasion.

Le nom Montcresson provient du Gallo Romain : Mons Cressionis, la colline de Cressius. Attention à ne pas confondre Cressius et Cresus. Cette région du Gâtinais était pauvre. La commune est coupée par le canal de Briare dominé en effet par des collines. CQFD.

Bien qu’elle soit construite au bord de la rue principale, mainte fois traversée, je ne suis jamais rentré dans ce curieux exemplaire d’architecture religieuse du XIIe – XIIIe siècle.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
Eglise Saint-Léger de Montcresson (Loiret) classée à l’inventaire des monuments historiques.

Autant vous le dire tout de suite, cette église me plait du fait de son architecture asymétrique provoquée par des ajouts successifs. Cela lui concède un caractère unique. La façade n’est pas équilibrée à cause de l’ajout d’une aile latérale côté nord.

Imbriquée dans cette collatérale, émerge une tour clocher pavillon. L’ensemble des murs est renforcé par des contreforts.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
De l’Auto Sport Museum à Mac Mahon

La tourelle engoncée dans l’angle renferme l’escalier qui permet d’accéder au clocher.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
Pourquoi des meurtrières? Mode d’éclairage ou système défensif?

A l’arrière, les trois fenêtres du chevet répondent à celles percées au dessus du portail. Le petit ajout abrite la sacristie.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
De l’Auto Sport Museum à Mac Mahon

La façade sud est percée de fenêtres entre les contreforts.

Le petit bâtiment aux allures de pigeonnier reste un mystère. Aveugle côté nord, il est ouvert sur le jardin de l’ancien presbytère.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
Il y aurait encore les restes d’un tunnel reliant l’église à l’ancien couvent.
De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
Plan de l’église Saint-Léger de Montcresson.

Mais, me direz-vous, quel est le rapport avec Mac Mahon?

Avant de répondre à cette question, oh lecteur impatient, assurons-nous que nous savons tous qui est Mac Mahon.

Ma première rencontre avec le nom de Mac Mahon remonte à bientôt trente-quatre ans, quand une embauche dans le secteur m’amène dans le Gâtinais. Un agent immobilier chargé de me trouver un logement me fait visiter une petite maison située dans un hameau non loin de là, perdu au milieu des champs. N’eussent été les courants d’air provoqués par les portes et les fenêtres disjointes, je serais sans doute devenu un montcressonnais.

Mais le lien entre mon histoire personnelle et Mac Mahon réside dans le fait que cette maison et toutes les terres qui l’entourent appartiennent au domaine du Château de la Forêt, propriété de plusieurs centaines d’hectares appartenant aux descendants de Mac Mahon. J’avoue humblement que, du haut de mes à peine plus de vingt-cinq ans, j’ignorais à l’époque qui était Mac Mahon.

Mac Mahon

Le Maréchal Mac Mahon

Issu d’une vieille famille irlandaise, Patrice de Mac Mahon est né en juillet 1808 au château de Sully (en Saône et Loire et non à Sully en bord de Loire). Militaire, il termine sa carrière avec le grade de Maréchal de France. Mais, au-delà de cette brillante réussite, il devient le second président de la troisième république en 1873. Il succède à Adolphe Thiers et démissionne de la fonction en 1879.

Sa lettre de démission se termine par la phrase suivante:

« En quittant le pouvoir, j’ai la consolation de penser que durant les cinquante-trois années que j’ai consacrées au service de mon pays, comme soldat et comme citoyen, je n’ai jamais été guidé par d’autres sentiments que ceux de l’honneur et du devoir, et par un dévouement absolu à la patrie.« 

Marechal de Mac Mahon, Duc de Magenta.

Au-delà de sa propriété, ce qui rattache le Maréchal à Montcresson, c’est qu’il y est mort en 1893. Quant à cette église dont il a financé des restaurations importantes, c’est entre ses murs que s’est tenue la cérémonie religieuse des funérailles.

L’intérieur de l’église Saint Léger

L’aile nord se termine par l’autel de la Vierge. A l’instar du chevet, les murs sont peints et, bien que l’ensemble soit un peu en souffrance, l’effet est saisissant et du plus bel effet.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
La chapelle de la Vierge de l’église Saint-Léger de Montcresson

Largement éclairé par sept vitraux dont la réfection a été financée par Mac Mahon, le chevet présente aussi des décors muraux qui égaient cette partie de l’église.

De l’Auto Sport Museum à Mac Mahon

Avant de rentrer à Saint Cyr, Patrice de Mac Mahon avait été scolarisé au petit séminaire des Marbres à Autun. Royaliste et catholique, il entretenait des relations suivies avec le curé du village et l’évêque d’Orléans.

Il n’est donc pas surprenant que son mécénat ait permis de refaire l’ensemble des vitraux de l’édifice (maitre verrier François Fialex), les peintures du chœur et la sacristie.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
De l’Auto Sport Museum à Mac Mahon

La plupart des personnages représentés sont les saints patrons de la famille de Mac Mahon.

De l'Auto Sport Museum à Mac Mahon
De l’Auto Sport Museum à Mac Mahon

Si Ernest Jean Delahaye a peint une toile sur les obsèques nationales du grand homme à l’église de la Madeleine (Paris), on ne retrouve trace de la cérémonie de Montcresson qu’à travers les journaux de l’époque.

Ce que l’on sait, c’est que la foule était immense, les hôtels insuffisants, et que le capitaine Colette, père de l’écrivaine, a prononcé un discours.

En résumé, la visite imprévue de cette petite église et l’immersion dans la vie d’un des quatorze présidents de la troisième république, ont prouvé une fois de plus que nous avons à portée de la main des trésors à découvrir.

Je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous une des citations célèbres du Maréchal:

« La fièvre typhoïde est une maladie terrible: ou on en meurt, ou on en reste idiot. J’en sais quelque chose: je l’ai eue. « 

Automobile ancienne à votre service
De l’Auto Sport Museum à Mac Mahon

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *