Auto ancienne

à votre service

Osi Hotchkiss 2 CV

Rendez vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Rendez-vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Faible affluence au rendez-vous mensuel du CAMP en cette fin avril. Le club n’est pas très nombreux et si certains sont pris par d’autres manifestations, la place de la gare devient vite aussi clairsemée que la chevelure de Jason Statham ou que la ramure du triste arbre du lieu. 

Rendez vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Renault 15 GTL

Le gang des italiennes rouges est fidèle. Jean-Pierre rode sa ERodeo. 

Rendez vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Rendez-vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Un petit coup de projecteur sur l’Alfa Giulia SS de Jean-François. Le dégât sur l’aile avant a été réparé. Du bon travail car il n’y a pas de différence de teinte avec le reste de la carrosserie. 

Rendez vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Rendez-vous mensuel CAMP 28 avril 2019

La voiture possède le manuel d’entretien original des Giulia Sprint et Spider. Je trouve amusant de relire ces notices dont les explications prêtent à sourire. Par exemple:

  • Avant de lancer le moteur, assurez-vous que le levier de vitesse est au point mort.
  • Pour faciliter le démarrage à froid… il sera bon, pendant l’emploi du starter, de presser la pédale d’embrayage et d’appuyer sur la pédale d’accélérateur, d’environ un quart de la course. 

De nos jours l’électronique s’applique à contrôler le premier point. Quant à l’usage du starter, je pense que la plupart des jeunes conducteurs ne savent pas ce que c’est. Tout est automatique. 

Rendez vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Assurez-vous que le manomètre d’huile indique la pression prescrite. 

Rendez vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Comment reconnaître un modèle Sprint d’un Spider. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etant un peu resté sur ma faim de nouveautés, je décide de rentrer en empruntant les routes buissonnières. Au détour des routes, ma fidèle 2cv me conduit à Courtemaux, paisible village de 270 âmes à priori sans intérêt touristique particulier, si l’on exclut le moulin sur la Cléry, rivière qui arrose le bas du village. 

Rendez vous mensuel CAMP 28 avril 2019

En 1793, le nom de la commune est passé de Courtemault à Courtemaux.

En ce dimanche 28 avril, le vide-grenier bat son plein. Rien de grande valeur, mais, surprise, au milieu du village je découvre ce cyclecar Amilcar en version utilitaire. 

Rendez vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Qui peut donner des indications sur ce véhicule ? 

L’ensemble a été restauré. Le poids à vide est de 600 kg. La charge utile est de 200 kilogrammes. 

Rendez vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Rendez-vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Rendez vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Selon la plaque, la voiture provient de chez A.Arragon Automobiles à Lorient, mais à l’extérieur une autre plaque indique que le carrossier serait les établissements Chamont frères à Laval. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous mensuel CAMP 28 avril 2019

Automobile ancienne à votre service

 

 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Le microcosme de l’automobile ancienne n’est pas composé que de techniciens. Certains artistes y trouvent une source d’inspiration. Et quand l’artistique rejoint l’humour cela croise parfois les chemins de l’introspection:   To bee or not to bee, that is the question! Cherchez bien le miel de cette phrase!

Epoq'auto 2018 et ses curiosités insolites

To bee or not to bee ! Pour 7000 € vous pouvez allier art et mécanique. C’est bientôt Noël!

Ne jetez plus rien! D’une vulgaire pièce de moteur, l’artiste fait une oeuvre d’art. On appelle cela des objets détournés. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

« Carbu gaz » à 400 €. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

« Petite faim » à 700€. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a beaucoup de talent et de créativité dans tous ces objets

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

« Big Bend » Un nom d’oeuvre qui sonne bien, même pour de la résine! 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

« Audi tétée ». Il fallait y penser!  2000 €  Je trouve le litre de lait un peu cher!                             

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

« Arbre de Porsche »  750 € D’habitude c’est autour des arbres qu’elles finissent ! 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

« L’essentiel Porsche »

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai eu envie de vous faire découvrir dans ce petit reportage des voitures dont la presse spécialisée n’a pas ou peu parlé.

Cette Gordini type 23 S de 1952 est un prêt du musée de l’automobile Henri Malartre (petite vue sur la voiture dans le reportage sur le musée). Elle a été offerte par Amédée Gordini à Henri Malartre en 1963. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Le moteur est un six cylindres permettant à la voiture d’atteindre les 200 km/h. Cette voiture a connu de nombreux accidents. 

C’est une barquette deux places. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Carrosserie en aluminium. Le châssis est tubulaire. 

La voiture qui suit est également une Gordini. C’est une type S de 1953 qui a été fabriquée en 1952. Elle a participé aux 24 heures du Mans en 1953. Son moteur six cylindres, par contre, a été changé depuis. Il date de 1955.  

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Son petit nom est « le cigare ». J’espère qu’elle fume moins! 

Qui croirait, à voir cette voiture, que la carrosserie a été, dès l’origine, élargie pour lui permettre de participer à des courses d’endurance. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Françoise Sagan a utilisé cette automobile le temps que celle qu’elle avait commandé lui soit livrée. Plus besoin de regarder « derrière l’épaule » quand on conduit un tel engin. Il faut juste se concentrer sur la route. 

Ceci est une véritable rareté. C’est une Rémi Danvignes, marque ô combien confidentielle. L’homme tient un magasin de moto à Paris, boulevard Richard Lenoir: Moto Bastille. Devant un marché qu’il juge en régression, il se lance dans la production en petite série de voitures de sport. Similaire en esthétique à une Georges Irat, la technique en est pourtant fort différente. Après des essais de moteur de moto, Rémi Danvignes construit lui-même un bicylindres de 750 cc. Le prix est compétitif et l’accueil du public est bon. La production sera d’environ deux voitures par semaine de 1935 à 1939. La voiture termine 12ème, c’est-à-dire dernière, du Bol d’Or à Montlhéry en 1938. Ce sont les Gordini qui brillent cette année là. 

En 1938, Remi Danvignes s’associe à Vincent Comar pour financer la sortie d’un nouveau modèle avec un moteur 4 cylindres de 1100 cc (RUBY). Il n’y en aura qu’un exemplaire, et c’est celui que je vous présente. Récupérée en Normandie en état « sortie de grange » par Georges Garde, la voiture a été complètement restaurée, ce qui explique son aspect « plus neuf que neuf ». 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Cette voiture était exposée au salon de l’auto en 1938 et a plus récemment fait l’objet d’un article dans le journal « Le Progrès » de l’Ain en novembre 2013. 

Je vous propose maintenant de voyager en Europe Centrale et plus particulièrement en République Tchèque. Pour être plus précis, je vous emmène à Solnice (prononcez solnitsé). En 1936 deux frères du nom de Stránský s’inspirent des Morgan à trois roues pour construire un prototype qu’ils appellent OSKAR. La carrosserie est en cuir. Après la fin de la guerre, l’industrie automobile Tchèque ne peut pas répondre au besoin du marché et la trois roues s’achète au quart du prix d’une voiture. 

En 1950 l’atelier est transféré à Hradec Králové dans les locaux de la société Velo. La marque devient Velorex. La structure est tubulaire. La carrosserie est en toile. Le moteur est un moteur de moto. Il y aura 18000 exemplaires de fabriqués, toutes versions confondues. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites: modèle 16/350. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Ce véhicule est, nous dit-on, très recherché en République Tchèque. 62% de la production existerait encore. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

L’arrivée des communistes n’a pas facilité le développement de la marque. Un des frères décède, l’autre se fait virer car il a refusé d’adhérer au PC. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les italiens ont leur Vespa. La région lyonnaise vous propose cette fourgonnette SOLYTO de 1960 produite par la Société Lyonnaise de Tôlerie (SOLYTO), filiale de New Map, le fabricant de motos. La mise en scène doit-elle être interprétée comme une allusion au fait que les livreurs sont des ours?  

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

En 1957, un article dans Moto Revue concluait que ce pouvait être un utilitaire très intéressant, quand bien même sa charge utile était inférieure aux autres 125 cc. La possibilité de transporter deux personnes était perçue comme un avantage. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Les mesures de l’époque indiquaient un 100 mètres en 15 secondes, pour une vitesse de croisière d’environ 40 – 45 Km/h.

Que vient faire cette 2cv dans un reportage sur l’insolite me direz-vous? Eh bien c’est parce que, sous des aspects de modèle d’avant 1961, cette belle verte possède une particularité! C’est une E Classic. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Elle se déplace grâce à un moteur électrique! On connaissait les Méhari électriques, mais ici c’est une bonne vieille deuche qui a été transformée. Le constructeur est le même que pour les méharis: Méhari Loisirs technologie. Le pack batteries est à l’arrière. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Puissance de 15 KW. 

Changement radical de ligne avec ces deux « culs pointus » de marque Lanchester. 

La raison pour laquelle je vous parle de la marque Lanchester, c’est que Frederick Lanchester est la preuve que l’on peut ne pas être très bon à l’école et avoir du génie. 

A vingt ans et sans diplômes, il travaille comme projeteur au bureau des brevets. Il dépose lui même un brevet pour un isométrographe, destiné à hachurer et ombrer les contours. 

Il sera élu « Fellow » de la Royal Society en 1922, et en 1926, membre de la Royal Aeronautical Society qui lui décerne une médaille d’or. En 1941, il reçoit la médaille d’or de l’Institution of Civil Engineers puis en 1945 celle de l’Institution of Mechanical Engineers. Ce sont de très belles formes de reconnaissance.

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Petit prix: 73 000€, passeport FIVA inclus. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Elle était à vendre pour 85 000€.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes légitimes à vous demander ce que cet homme a pu faire de si extraordinaire pour mériter tout cela. La liste est longue, car cet homme était un inventeur, mais surtout un motoriste. Pêle-mêle, le premier bateau équipé d’un moteur à essence, l’accéléromètre à boules, la boîte de vitesse à train épicycloïdale, la segmentation des pistons, les suspensions cantilever, l’usage du volant pour diriger une voiture, et bien entendu les lois de Lanchester. Mais le modèle des tourbillons autour des ailes des avions et la théorie phugoïde, c’est encore lui. 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Modèle Super Sport de 1933. 

Inventeur oui, mais homme d’affaire non. La Lanchester Engine Company est rachetée par B.S.A. en 1931. Les Lanchester seront assemblées dans l’usine Daimler de Coventry jusqu’en 1956.

 

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Lanchester Super sport de 1936. La carrosserie est en aluminium. 

Il est maintenant temps d’aller se reposer. Si le sommeil tarde à venir, comptez donc les carburateurs!

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Je me souviens de ces farandoles
Que l’on faisait quand j’étais enfant.
L’une d’entre elles avait des paroles,
La farandole du cerf-volant.

Demander la main d’une fille aux parents,
C’est pas si facile et pourtant
Dans la farandole, avec un peu d’ardeur,
Elle est prête à vous donner son carburacœur.

Yves Duteil adapté

Epoq’auto 2018 et ses curiosités insolites

Automobile ancienne à votre service

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

C’est une tradition, la ville de Bellegarde organise tous les ans, pendant le week-end de Pâques, une foire aux rosiers. La commune est en effet un lieu important de la production horticole, et plus particulièrement de rosiers. Depuis qu’une déviation a été réalisée, le flux automobile ne traverse plus le centre ville, mais, si vous êtes attentifs, vous remarquerez, aux abords de la sortie « Bellegarde », que les bas côtés sont plantés de rosiers.

D’après les explications du site municipal, « Les origines de la rose à Bellegarde remontent au XIXème siècle. A cette époque, de nombreux habitants arrondissent leurs fins de mois en cueillant des églantiers sauvages dans la forêt d’Orléans, toute proche, pour les rosiéristes multiplicateurs d’Orléans. A la fin du XIXème siècle, un Bellegardois audacieux entreprend d’effectuer lui-même les greffes des rosiers. Ses essais sont concluants, et il devient rosiériste multiplicateur.  Son exemple sera suivi par plusieurs familles bellegardoises. Savoirs transmis de père en fils, Bellegarde et les communes alentours comptent à l’heure actuelle neuf pépinières réunies en groupement ».

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Village des roses.

Comme on peut le lire également sur le site officiel de la mairie, l’histoire de la ville remonte au douzième siècle. Ses premiers habitants étaient des moines. Bellegarde se nomme alors Sosiacum. Le premier monument d’importance construit est l’église. Nous y reviendrons plus tard. Si les plus fidèles d’entre vous connaissent bien le donjon du XIVe siècle (à droite sur la photo), souvent utilisé comme fond d’écran lors des rendez-vous mensuels de l’AMR45,  d’autres bâtiments fort joliment conservés agrémentent les douves de leur esthétisme qui mélange pierres et briques.

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Bellegarde: patrimoine et dynamisme.

A l’initiative du dynamique président de l’AMR45, les propriétaires de voitures anciennes étaient conviés à se retrouver le dimanche 21 avril dans la cour d’honneur du château. Vingt collectionneurs répondront présent, et en particulier une belle délégation du club Rétro Motion de Nevoy (45500).

De l’Alpine à la DS, en passant par la Méhari et la Ford Escort cabriolet. 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Triumph TR7, Chevrolet Camaro et BMW 320 i Motorsport sur fond de Pavillon de la Surintendance. 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Juste devant la Chevrolet Corvair Rouge de 1965, la très jolie Mercedes 350 SK type R 107 de 1972 semble vouloir devancer l’Hotchkiss 686 S49 de 1949. 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Première sortie de l’année pour Chamousette, revenue la veille de sa période d’entretien.

Au premier plan, une importation de Floride: une Gazelle de Miami aux allures de Mercedes mais avec des pièces Ford.  

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Si à l’origine le donjon fut édifié au XIVe siècle par Nicolas Braque, seigneur de Bellegarde, c’est le Duc d’Antin, fils de la Marquise de Montespan, qui profite de son titre de Surintendant des Bâtiments du Roi pour faire agrandir et embellir considérablement le château. Malheureusement, les deux ailes construites par le Duc seront détruites en 1840 par le propriétaire d’alors qui, dit-on, ne parvenait plus à entretenir tout l’édifice. 

La plus ancienne des voitures exposées est cette Citroën torpédo type A. Beau support publicitaire pour Kevin Christ qui s’est installé en tant que sellier à Quiers-sur-Bezonde, juste à côté de Bellegarde. 

 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Citroën 2CV, Peugeot 505, Peugeot 304 S coupé et Triumph Spitfire. 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Malgré une arrivée tardive, ces deux Triumph, une fois passée l’épreuve de la chaîne, ont rejoint les autres exposants. Je vous dois une explication: la cour d’honneur du château est fermée à la circulation automobile. Une chaîne en interdit l’accès. Exceptionnellement, la chaîne n’était pas verrouillée, mais il y avait une astuce que ces deux voitures ne connaissaient pas. 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

L’AMR 45 organise toujours des événements sympas avec une petite touche personnelle. En ce jour de Foire aux Rosiers, la rose sur le gâteau de cette exposition, si j’ose dire, est l’auto concours . Vous apprécierez le double jeu de mot! Chaque participant vote pour ses trois voitures préférées. 

 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Dans la famille Jamet, on travaille en famille : Claude et son épouse annoncent ici le résultat de l’auto concours. Leur fille sera également très présente tout au long de la partie.

Et les élus sont: 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Troisième prix pour cette Triumph TR7 venue de Nevoy.

 

 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Deuxième prix des exposants pour cette 4 CV prototype de 1955 équipée d’une boîte et d’un moteur Gordini. Le club de Nevoy est à l’honneur. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Premier prix, à mon humble avis bien mérité, pour cette fort belle Rosalie torpédo, venue je crois d’Orléans.

Revenons aux bâtiments qui bordent les douves: à gauche, l’ensemble constitué de la tour carrée et de son aile est le Pavillon de la Surintendance, que nous devons aussi au Duc D’Antin. Ce sont aujourd’hui des appartement privés. En symétrie de la tour carrée, la tour Capitaine, un ancien pigeonnier édifié au XVIe siècle par Jacques de l’Hospital. En 1765, Gauthier de Bésigny la transforme en logement pour le gardien du château que l’on appelait « Capitaine ».  Cette tour est propriété de la commune.

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Louis Antoine de Pardaillan de Gondrin, fils légitime d’Athénaïs de Montespan (Marquise de Montespan, 2° favorite de Louis XIV) et de Louis-Henri de Pardaillan de Gondrin, Marquis de Montespan, deviendra en 1692 Marquis de Bellegarde, puis Surintendant des Bâtiments du Roi, et enfin Duc d’Antin.

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Le Duc d’Antin peint par Hyacinthe Rigaud (1659 – 1743)

Entre la tour Capitaine et le pavillon à la Salamandre qui est l’actuel Hôtel de Ville, se trouvent les anciennes cuisines, réalisées toujours et encore par le Duc d’Antin (1720). Elles étaient remarquables pour l’époque du fait de la taille des deux cheminées. Le concept de salle à manger n’existait pas, et le positionnement des cuisines à proximité des pièces ou l’on pouvait manger était important. 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Restaurées en 2003, les cuisines servent maintenant à des expositions temporaires. 

En me rendant à la foire depuis le château, un autre bâtiment éveille ma curiosité. Du chemin qui le longe, on ne voit pas grand chose de précis. L’endroit est privé. Par contre, le peu que l’on aperçoit laisse à penser qu’il ne s’agit pas ici d’une bâtisse ordinaire. Grâce au travail de Chantal Guyon, voici ce qu’il en est:

Quelque peu caché par les arbres, nous sommes devant le Pavillon de l’Ecuyer auquel est accolé le Pavillon du Jardinier. Lors du réaménagement du château, le duc d’Antin embellit les écuries qui deviennent « Pavillon de l’Ecuyer ». 

L’œil de boeuf que l’on distingue possède une clé ornée de trois têtes de chevaux en marbre blanc qui émergent d’une peau de panthère aux pattes pendantes. La sculpture est attribuée à Antoine Coysevox (1640 – 1720). Originaire de Lyon, ce sculpteur et portraitiste officiel du Roi est plus connu pour son travail à Versailles. 

 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Ces écuries servaient de porte triomphale pour les départs et les retours de chasse à courre.

Au début de ce reportage, je vous parlais de l’église, édifice religieux construit par les moines à partir de 1124. C’est l’église Notre-Dame. Il faudra deux siècles pour terminer l’ouvrage. La notion du temps n’était pas la même qu’aujourd’hui. Si Emmanuel avait été vivant à cette époque, la durée des travaux en aurait-elle été raccourcie à quatre ans? 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

La partie la plus remarquable de cette église est son portail, classé aux monuments historiques, dont on dit qu’il est le second plus beau portail roman de la région, après celui de la basilique de Saint-Benoît sur Loire.

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

La photo est prise de trop loin pour permettre de lire la phrase gravée dans la pierre: « ici deviennent justes ceux qui se sont consumés dans l’ordure des vices »! (je vous fais grâce de la version en latin). 

Une des pièces maîtresses de l’église est cette peinture attribuée à un certain Pierre Lebrun (je n’ai rien trouvé sur ce peintre de l’Ecole Française). Elle est accrochée dans la chapelle de la descente de croix. CQFD. Marie-Madeleine y est représentée sous les traits de Louise de la Vallière (1644 – 1710), favorite de Louis XIV, qui mourut repentie au couvent des Carmélites du faubourg Saint-Jacques, après avoir été disgraciée par le roi. Pour en savoir plus sur cette femme étonnante, allez sur un site aussi étonnant: jesuismort.com

 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Louise aura quatre enfants du roi

Mais à proximité de l’église Notre-Dame, deux autres points d’intérêt attirent mon attention:

  • la glacière, dont on voit les formes extérieures mais dont l’accès a été obstrué, et l’ancien presbytère qui date du XV siècle. 
  • Deux petits clochers peu visibles de la route et sur lesquels je n’ai trouvé à ce jour aucune explication. Ils dominent des maisons privées et semblent en bon état.  
Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Ce presbytère a été reconstruit à l’emplacement exact de celui qui avait été détruit par le feu lors de la Guerre de Cent Ans. 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Foire aux rosiers Bellegarde 2019: qui peut me renseigner sur l’origine de ces deux clochers? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Quand les roses fleurissaient,
sortaient les filles.
On voyait dans tous les jardins
danser les jupons.
Puis les roses se fanaient,
rentraient les filles
pour passer dans leur doux écrin
le temps des flocons. 

C’était charmant, c’était charmant,
c’était charmant, le temps des roses,
quand on y pense, paupières closes »

Salvatore Adamo

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Lors des rassemblements, finalement, on ne cherche pas plus loin que le parking. Il faut des occasions comme cette exposition sur la journée pour prendre le temps de fureter et de découvrir ces trésors de notre histoire. 

Foire aux rosiers Bellegarde 2019

Automobile ancienne à votre service

Voiture électrique CGE Jean Albert Grégoire

Voiture électrique CGE Jean Albert Grégoire

Je vous présente aujourd’hui une voiture très spéciale de 1970: c’est un modèle presque unique, puisqu’à la connaissance de son propriétaire il n’en subsiste que très peu d’exemplaires, sur les onze produits. Si vous passez par là, vous pourrez voir un modèle parfaitement restauré au musée automobile de Tampa Bay, en Floride. C’est Alain Cerf, français et digne membre du Club Hotchkiss qui a créé ce musée. Il recèle de très belles automobiles et, origine oblige, quelques modèles produits en France.

Il s’agit ici d’une voiture dessinée par Philippe Charbonneau. La carrosserie en fibre de verre était produite chez Chappe & Gessalin, plus connus pour les CG assemblées sur la base de Simca 1000. Mais le concepteur n’est autre de Jean-Albert Grégoire. On retrouve d’ailleurs des similitudes techniques avec l’Amilcar Compound, comme par exemple le châssis en Alpax. N’oubliez pas que dès 1942 J.A.G. croyait déjà à la voiture électrique et battait des records avec sa « Tudor »: 252 km d’autonomie. 

Voiture électrique CGE Jean Albert Grégoire

Voiture électrique CGE Jean Albert Grégoire de 1971.

Comme vous l’avez compris, ce véhicule est électrique. Le projet est né à l’initiative de Fulmen, fabriquant de batteries bien connu. Les batteries représentent la moitié des 900 kg. 

Son aspect utilitaire s’explique par le fait que la cible commerciale était les Postes et Télécommunications, qui n’en achèteront que 4 ou 5 exemplaires pour réaliser des essais.

Voiture électrique CGE Albert Grégoire

Voiture électrique CGE Albert Grégoire

Un prototype a fait l’objet d’un article écrit par Gilles Blanchet, journaliste à Rétro Passion. Il y vante le confort, le silence et la progressivité du moteur. 

Voiture électrique CGE Jean Albert Grégoire

Les portes sont coulissantes

Le tableau de bord est extrêmement simple. Le voltmètre est l’équipement indispensable. Les assises sont spartiates. Tout respire le matériel destiné à un usage professionnel. 

Voiture électrique CGE Jean Albert Grégoire

Voiture électrique CGE Albert Grégoire

Voiture électrique CGE Jean Albert Grégoire

Voiture électrique CGE Albert Grégoire

La voiture est dotée de huit batteries de douze volts, auxquelles vient s’ajouter une petite batterie dite « de service » qui alimente les divers équipement de l’auto (clignotants, essuie-glaces, avertisseur…). 

Pour équilibrer le poids, quatre batteries sont placées à l’avant; les quatre autres sont à l’arrière. 

Voiture électrique CGE Jean Albert Grégoire

Sous le capot, il y a la place pour aligner quatre batteries. 

A l’arrière, un cache en matière plastique masque le moteur. 

Voiture électrique CGE Jean Albert Grégoire

Voiture électrique CGE Albert Grégoire

Une fois la plage arrière relevée, on visualise bien tous les composants nécessaires à la propulsion de la voiture. La vitesse maximum est d’environ 80 km/h, mais, pour économiser les batteries et atteindre les 120 km d’autonomie, il vaut mieux ne pas dépasser les 60 km/h. 

Voiture électrique CGE Jean Albert Grégoire

900 kg dont la moitié est constituée par les batteries. 

Cette voiture est une pièce unique, mais elle n’est pas roulante. Par contre, c’est un monument de l’ingénierie française. Son propriétaire cherche à la vendre. Si une restauration atypique vous tente, contactez moi. 

Voiture électrique CGE Albert Grégoire

Automobile ancienne à votre service

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Combien d’entre vous ont-ils visité un musée de véhicules automobile? Sûrement un certain nombre. Mais combien d’entre vous ont-ils visité une usine d’assemblage de moteurs? Vraisemblablement beaucoup moins. 

3Avs vous propose de faire les deux, dans un des endroits mythiques de l’industrie lyonnaise: l’usine de Renault Truck, anciennement Renault Véhicules Industriels. Ne croyez pas que je succombe à la mode des camions. C’est un séminaire dans les locaux de cette immense usine, devant laquelle je passais pour aller dans le centre de Lyon à l’époque ou je travaillais dans la périphérie de l’ancienne capitale des Gaules, qui m’a donné l’occasion de revenir sur un des pionniers de l’automobile et du camion, à savoir Berliet. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux: de belles maquettes dont, à la couleur prêt, le 700 exposé à Rétromobile 2019.

Il y a deux zones d’exposition: l’une est dans les bâtiments d’assemblage des moteurs, l’autre est un hall d’exposition des modèles actuellement commercialisés. Sa fonction est certainement de recevoir les clients. Une immense photo panoramique met en valeur deux camions de la marque, dans un environnement naturel remarquable.

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux. La bulle est de moi pour donner un peu d’originalité. 

Aujourd’hui propriété de Volvo Trucks,  l’entreprise Berliet produira au début de son existence des voitures. Marius Berliet disait:

« Je n’ai jamais travaillé pour de l’argent, j’ai voulu faire une grande œuvre »

La première voiture Berliet est celle de la photo ci-après. Elle est surnommée « la Pantoufle ». 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

La voiture que vous découvrez ci-dessous est la deuxième construite. Elle date de 1897. Construite à onze exemplaires, elle dispose d’un moteur à la cylindrée élevée pour l’époque (1,9 litres). Sans doute le relief vallonné, voire escarpé, de la région lyonnaise y est-il pour quelque chose, puisque toutes les marques lyonnaises avaient des caractéristiques similaires.  

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Le moteur est un bicylindres à plat refroidis par air. L’allumage est à incandescence. Deux vitesses. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Pneumatiques Michelin, bien sûr!

Plus de 25 ans se sont écoulés entre la Pantoufle et cette Torpedo type VI de 1923. C’est une sept chevaux de quatre cylindres. Paradoxalement, la cylindrée est passée à 1,2 litres. Malgré la faible puissance, la boîte 4 vitesses en faisait, dit-on, une voiture agréable à conduire. Cet exemplaire est en parfait état. Pour preuve, il a parcouru, sans incidents, 3000 km en 1984 lors du Tour de France des Grand-Mères. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Une réputation de voiture « presque » increvable. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Sobre et fonctionnel. Notez la conduite à droite. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Ici pas d’électronique. Tout est manuel. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Réglage manuel de l’avance à l’allumage. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au delà des véhicules exposés, la salle fait aussi la part belle aux photos et autres souvenirs de l’ancien temps. Vous avez sans doute reconnu l’homme qui est à gauche de la photo. Il s’agit du président Fidel Castro, lors d’une visite de Paul Berliet (au milieu) à Cuba en 1970. Il y conclut des conventions d’industrialisation, d’assistance et de formation.

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Paul Berliet est le fils du fondateur, Marius Berliet. Il dirigera l’entreprise pendant de longues années et est celui qui a créé la Fondation de l’Automobile Marius Berliet.

Le système est ingénieux; vous avez devant vous le vestiaire suspendu de la fonderie!

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Nous sommes ici en 1920. Marius Berliet fête le millième CBA. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Et justement, il y a un CBAC de 1926 exposé. Le CBAC est le successeur du CBA. Le moteur cube 5,3 litres. Ce sont pas moins de 40 000 exemplaires des différentes évolutions du CBA qui seront construits. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

La benne est une benne basculante à câbles Marrel.  Elle contient cinq m3. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Transmission par chaîne. 

Ce CBA de 1913 était destiné au transport de troupes. Sur les 45 000 construits, 25 000 seront livrés à l’armée française. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Conduite à droite et poste de pilotage rustique et peu protégé. 

Le Berliet T 700 a été très récemment mis à l’honneur lors du Rétromobile 2019. 700 CV. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

On se sent tout petit! 

Passons maintenant à la partie production. L’usine de Vénissieux assemble des moteurs dont les pièces viennent d’un peu partout. Il n’y a rien de révolutionnaire pour qui connait les usines automobiles, mais il est toujours surprenant de voir qu’à la fin de la ligne de production le moteur fonctionne.

L’usine produit des moteurs de cinq, huit, neuf et onze litres, à une cadence de 250 blocs par jour, en deux équipes.  

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Au final les arbres à cames que l’on aperçoit au fond seront assemblés.  

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Les moteurs sont transportés par des AGV (Automatic Guided Vehicles) filoguidés. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La ligne de production est classiquement en forme d’arêtes de poissons: de part et d’autre de la ligne, les allées de préparation des composants. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Au moment de notre passage, les opérateurs étaient en pause. Cela explique l’absence de personnel, que nous n’avions par ailleurs pas le droit de photographier. 

Les moteurs, une fois terminés, sont tous testés. Ils ne seront peints qu’après. Eh oui, ils sont peints une fois assemblés! 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Les moteurs que vous voyez attendent que la place se libère derrière les portes bleues. Sachez que, par conception, tous ces moteurs sont prévus réaliser un million de kilomètres. Ici, on produit du matériel pour professionnels et l’exigence qualité est à la hauteur des enjeux économiques d’une panne. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Si le modèle suivant date de 1973, le L64 a été lancé en 1962. C’est un 8 RA 4X4 (quatre roues motrices). Ce camion a été sélectionné par Citroën pour l’assistance d’un rallye de 2cv sur un « raid Afrique » allant d’Abidjan à Tunis. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Une fois passé dans le hall des camions de la gamme actuelle, on mesure le chemin parcouru en presque un siècle. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Et puis, pour finir, je vous présente un prototype: le Radiance. Il n’y a pas que les constructeurs d’automobiles qui conçoivent des prototypes. L’idée de ce « concept truck » est de s’affranchir des contraintes industrielles pour explorer toutes les pistes créatives possibles. Les larges prises d’air sont destinées à mieux refroidir le moteur. Les caméras montées sur des supports aérodynamiques procurent une visibilité optimale. Les marches d’accès à la cabine sont escamotables. La surface vitrée est augmentée pour une meilleure visibilité. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Ce « Dream Truck » est trop bas pour pouvoir rouler sur route ouverte. 

Belle découverte que ce petit musée confidentiel. Une exclusivité 3Avs! 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Automobile ancienne à votre service

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

Rendez-vous mensuel Courtenay mars 2019

Un rayon de soleil, des visiteurs en voitures inconnues, et chacun a le sourire. Je n’irai pas jusqu’à dire que l’on a refusé du monde, mais globalement ce sera un bon rendez-vous mensuel.

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

De gauche à droite, nos trois italiennes de choc: L’OSI 20 MTS, l’Alfa Roméo et la Fiat X 1,9. La Citroën de Victor domine de sa carrure les sportives au centre de gravité qui fleure bon les passages rapide en courbe.

Parmi les visiteurs du jour, vous noterez cette Lancia Fulvia blanche et la BMW 2002.

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

Souvent fidèle, la petite Miata toute de rouge vêtue ne passe pas inaperçue

Le propriétaire actuel a acheté la voiture en l’état.

DSC09498

L’auto est dans un fort bel état de présentation.

Il faut bien ces élargisseurs d’aile pour que les roues trouvent leur place!

DSC09497

Rendez-vous mensuel Courtenay mars 2019

Porsche, Peugeot coupé 504 ou Simca, tout est bon pour venir à Courtenay!

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

Rendez-vous mensuel Courtenay mars 2019

Si vous vous intéressez aux véhicules militaires, sachez que cette Jeep est à vendre. Si vous cherchez un modèle historique, c’est une reconstitution, mais elle a été très récemment complètement refaite. C’est son propriétaire qui coorganise la partie camp militaire de la Bourse de Courtenay. Autant vous dire qu’il connait bien les véhicules militaire.

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

Moteur Hotchkiss.

Quand vous vous approchez d’une Citroën 2cv, soyez attentifs aux diverses inscriptions qui ornent les vitres. Vous y trouverez une source presque inépuisable d’humour: « Attention chute de demi-vitre » ou « Je suis peut-être lente, mais je suis devant toi ». Ici on frise l’humour noir :

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

Rendez-vous mensuel Courtenay mars 2019

Regardez bien cette 2cv. Bien que possesseur d’une deux pattes, c’est un modèle que je n’avais jamais croisé: une ENAC, autrement nommée AZC en Belgique.

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

Une fois le capot levé, on distingue très clairement une spécificité de ce modèle:  la roue de secours est dans le compartiment moteur. Un astucieux système articulé plaque la roue au capot. L’ensemble du bloc moteur reste donc accessible sans avoir à démonter la roue.

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

Les deux phares supplémentaires ne sont pas une caractéristique des modèles ENAC.

 

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

Accessoire d’époque: petit déflecteur qui permet de dévier le flux d’air (à haute vitesse !) quand la vitre est relevée.  Notez également l’antenne télescopique qui était raccordée à un transistor à piles. Mes parents avaient un modèle Phillips ou badgé Citroën, je ne sais plus.

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

La vraie particularité de cette 2cv ENAC est son plancher plat et l’ouverture totale de la malle (hayon). La banquette arrière est rabattable. De fait, la voiture se transforme en break et offre un volume de chargement de petit utilitaire. Une voiture à vivre avant que Renault en invente le concept.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le propriétaire possède un document explicatif qui détaille les particularités de la voiture. Au delà de ce qui se voit à l’œil nu, la voiture bénéficie d’améliorations issues de l’Ami 6.

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

Rendez-vous mensuel Courtenay mars 2019

Jean Pierre et Bernadette sont venus à bord de leur toute nouvellement restaurée Rodéo. On roule en voiture verte à Courtenay! Il n’est cependant pas sûr que la maréchaussée parisienne ait le sens de l’humour assez développé pour adhérer à ce nouveau concept pas si écologique que cela.

Sur la base d’une Renault 6, cette voiture conçue par la société ACL (Atelier de Construction du Livradois), offre la possibilité du « hard top », de la capote ou des cheveux dans le vent. Le badge ACL disparaitra en 1976 au profit du losange.

Rendez vous mensuel Courtenay mars 2019

Le moteur est un Cléon. La carrosserie est en polyester stratifié.

Rendez-vous très agréable. Soyez présents le dimanche 07 avril à la Bourse exposition de Courtenay!

 

Rendez-vous mensuel Courtenay mars 2019

Automobile ancienne à votre service

 

Rassemblement Montargis mars 2019

Rassemblement Montargis mars 2019

Un temps de chien? Non, plutôt un temps d’anglais! Vous voulez une preuve? La Place de la République est presque vide. Mais un amateur de belles anglaises trône sur son siège, le drapeau de l’Union Jack en berne faute de vent, à côté de la voiture. 

Rassemblement Montargis mars 2019

L’homme finira par rentrer se mettre à l’abri dans l’intérieur tendu de cuir de la plus belle et la plus rapide berline des années soixante: une MK2 S de 1966. 

Quand je vous dis que la place est vide, ce n’est pas exagéré. Une Mustang Shelby, une Ami 6 et mon OSI. 

Rassemblement Montargis mars 2019

Rassemblement Montargis mars 2019

« Il pleurait au bord du trottoir
Mains dans les poches, triste regard
Les godasses qui traînent sur le bitume
L’ cerveau barbouillé d’un méchant rhume
Pas plus d’amis que de mouchoir
Se laissait aller au désespoir
C’est plus poli de faire ça chez soi
Mais de chez-soi, il n’en avait pas…

En sifflant « Chantons sous la pluie »
S’en furent dans la ville engloutie
En suivant l’homme si malheureux
Qui déjà se sentait beaucoup mieux
La la la la la  » 

Rassemblement Montargis mars 2019

Je vous rassure, Michel ne pleure pas. Même par ce temps de cochon, dans sa tenue de gentleman farmer, il garde son sourire moqueur. Point ici de désespoir. Les deux voitures ont un point commun, celui des doubles optiques, apanage des voitures de grande classe. 

Le bar Le Dandy a changé de propriétaire. Il est ouvert. L’occasion d’aller prendre une boisson chaude à l’abri. Le choix des sachets de thé est grandiose! 

Rassemblement Montargis mars 2019

Rassemblement Montargis mars 2019

L’Ecurie du Gâtinais est présente également avec cette Cortina 1600 E, déjà vue lors des rassemblements de Bellegarde. Quand la Taunus était construite en Allemagne, la Ford Cortina était assemblée dans l’usine de Dagenham (Essex). 

Rassemblement Montargis mars 2019

Construite en Grande Bretagne, cette voiture était un best seller dans les années soixante-dix. Vous remarquerez les roues Rostyle. 

Le moteur est un 4 cylindres Kent, celui de la GT. 

Rassemblement Montargis mars 2019

La version 1600 E sera présentée au salon de Paris en 1967. C’était une version plus luxueuse. 

Pour finir, cette Lancia Beta Monte-Carlo de l’Ecurie du Gâtinais. Motorisée par un moteur moins puissant, elle sera commercialisée aux US sous le nom de Scorpion. 

Rassemblement Montargis mars 2019

Rassemblement Montargis mars 2019

 

Automobile ancienne à votre service

Musée BMW Munich

Musée BMW Munich

Quand vous avez rendez-vous chez le client, que vous avez une paire d’heures à tuer, et que le musée de la marque est situé juste à côté de la salle de conférence, forcément l’envie de visiter ce lieu rare devient une évidence. Vous avez devant vous le siège social. Il date de 1973. L’architecte a voulu faire référence à un moteur quatre cylindres. Le bâtiment est classé monument historique de Bavière. 

DSC08363

Comme toujours les grands constructeurs automobiles impactent la ville de leur usine mère. A Munich, nous sommes sur le territoire de BMW. 

De nos jours l’emblème BMW se compose de trois couleurs, le bleu, le blanc et le noir. La couleur noire est synonyme d’élégance et d’excellence, le blanc représente la pureté et le charme. La couleur bleue signifie la puissance et la fiabilité des produits. Les quatre quartiers représentent une hélice en rotation pour rappeler le passé de constructeur de moteurs d’avions. 

Au fil des années le logo BMW a peu changé. Celui de cette ancienne affiche a été crée en 1923. Le premier date de 1916. Il était très similaire mais les lettres et les cerclages dorés étaient plus fins. 

Musée BMW Munich

Aujourd’hui les cerclages sont du même bleu que les cadrans.

A l’intérieur, le musée frappe par l’espace, la verticalité des véhicules exposés et par le côté un peu futuriste de l’architecture. 

Musée BMW Munich

Musée BMW Munich

Dès le tourniquet franchi, on remarque cette, comment dire, sculpture, oeuvre d’art ou machin. Tout est en mouvement. Est-ce un symbole d’innovation? Sur une surface de 5000 m2, le musée se décompose en deux grandes parties: les salles d’exposition des modèles remarquables de la marque et une partie consacrée à l’innovation et à la mobilité. Avez-vous remarqué que le mot « Mobilité » est maintenant mis à toutes les sauces?

Musée BMW Munich

Musée BMW Munich. Ce serait une sculpture lumineuse censée représenter les principaux designs de la marque

Mais Bayerische Motoren Werke AG, c’est aussi des motos. Cette affiche date de 1920. 

Musée BMW Munich

Musée BMW Munich

Spectaculaire ! Il n’y a pas d’autre mot pour décrire le mode de rangement des motos. Le bâtiment est constitué de niveaux qui laissent la place à des hauts murs. Un peu comme dans une ruche ou un pigeonnier, les motos s’agglutinent dans les deux axes. Ce n’est sûrement pas très pratique pour les ranger ou les récupérer, mais l’effet est garanti. 

Musée BMW Munich

Par contre prendre des photos en évitant les reflets est une véritable tannée. 

A l’origine (1916), BMW produisait des moteurs d’avion, mais les motos arrivent bien avant de produire des automobiles qui ne seront commercialisées qu’à partir de 1930. Et vous avez sous les yeux le premier modèle: la R32 (1923 à 1926). On trouve déjà le « flat twin », ou boxer, qui va, et continue à, identifier la marque pendant longtemps. 

Musée BMW Munich

500 cc. La vitesse de pointe est de 95 / 100 km/h. 

Parmi les dizaines de modèles en exposition, je vous propose quelques exemplaires choisis. Si vous souhaitez avoir plus de détails sur l’évolution de la marque, je vous conseille le site suivant

Musée BMW Munich

RS 500 (492 cc) équipée d’un compresseur, produite de 1938 à 1949. Elle a gagné les championnats d’Allemagne

Musée BMW Munich

Prototype R7 de 1936. 790 cc. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Musée BMW Munich

Musée BMW Munich

Plus récemment, en 2010, Ayrton Badovini est sacré champion du monde dans la catégorie Superstock 1000 (motos distribuées dans le commerce avec des modifications limitées comme l’huile et les ressorts de fourche) au guidon de la fameuse BMW S1000RR. L’Italien assure la réussite de la marque en remportant la totalité des courses de la saison.

Musée BMW Munich

BMW rentre dans la cour des grands en compétition, mais exit le boxer. 

Pour revenir à l’ADN de la marque, les moteurs, une salle leur est consacrée, avec une enfilade de versions.

Musée BMW Munich

Moteur B20 de 1990 cc  monté sur les séries 3 de 2003 à 2005. En deuxième plan vous apercevez le 8 cylindres qui propulsait en compétition les M3 GTR de 2001 à 2005. 3997 cc 

 

Musée BMW Munich

Le R132 est un neuf cylindres de 27 litres qui propulsait Le Junkers Ju 52, avion de transport en tôle ondulée fabriqué par la firme allemande Junkers à partir des années 1930.  Il était fabriqué sous licence Pratt &Whitney. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1965, le patron du département course et développement moteur de BMW, Alexander Von Falkenhausen, achète cette Brabham BT7 et bat plusieurs records en 1966. Ces succès vont convaincre la direction de BMW de participer aux compétitions de Formule 2. Comme quoi l’initiative d’un homme peut provoquer des réactions en chaine.

Musée BMW Munich

Cette voiture qui parait si fragile peut abattre les 0 à 200 km/h en un peu plus de 10 secondes! Impressionnant.   

Mais si l’on revient en arrière, la première voiture produite par BMW est la 3/15. Ce ne sera pas une vraie création, puisque BMW rachète la société  Automobilwerk Eisenach qui produisait sous licence des copies d’Austin 7. Elle est nommée Dixi.  DA signifie ‘Deutsche Ausführung’ ou version allemande. 

Après avoir apporté des améliorations à la 3/15, BMW conçoit sa première voiture: la 3/20. 

Musée BMW Munich

Argumentaire de vente en six points. 

Musée BMW Munich

BMW 3/15 PS DA 2 limousine 1930 – 1931

Musée BMW Munich

BMW 3/15 DA 2 version utilitaire

 

 

 

 

 

 

 

En moins de dix ans on observe une énorme progression entre les petites Dixi précédentes péniblement motorisées par un petit quatre cylindres de 747cc et ce très beau coupé 327/28 de 1938. le 6 cylindres ne cube que 1971 cc, mais le constructeur offre ici une voiture de toute beauté, même si, à titre personnel, je trouve la forme des ailes un peu pataude. 

Musée BMW Munich

Portes suicides et parebrise en deux parties. 

Comme toujours chez BMW, le nom de la voiture rappelle la cylindrée. Je vous présente maintenant une 335 de 1938. C’est la plus grosse cylindrée construite avant la guerre par le constructeur. C’est justement la guerre qui va stopper le développement commercial du modèle qui ne sera produit qu’en 410 exemplaires, 

Musée BMW Munich

Dessinée par Fritz Fiedler. Vous notez que les phares sont inclus dans les ailes. 

L’avant est bien plus profilé et harmonieux sur ce remarquable exemplaire BMW 328 de course. Je lui trouve un petit air bestial. 

Musée BMW Munich

Musée BMW Munich

Et voici une version cabriolet de 1938. Les phares sont moins exorbitants. Les ailes sont soulignées par une légère arrête. Le double haricot trône au milieu du nez. La voiture sera présentée pour la première fois lors des Jeux Olympique d’été de 1936 à Berlin. 

Musée BMW Munich

Le dessin est de Kurt Joachimson. Pas de chance, l’homme est juif et à l’époque de la montée en puissance d’Adolph Hitler et de ses idées… bref, le constructeur va faire passer la paternité du design à Fritz Fiedler.

 

Sans rivaliser avec le luxe des plus prestigieuses concurrentes anglaises, l’habitacle du touring n’en est pas moins dénué de sportivité, et je trouve la manométrie à fond clair sur un tableau de bord en aluminium du plus bel effet.   

Musée BMW Munich

Musée BMW Munich

Le style Ponton caractérise cette BMW 502 de 1954 redessinée sur les bases de la 326. Les marchepieds disparaissent et les ailes se prolongent dans les portières. Celles-ci sont en ouvertures antagonistes. Tous modèles confondus il ne sera construit que 10 000 exemplaires de cette limousine. Il faut savoir que les 501 et 502 seront les premières véritables voitures que BMW va pouvoir produire après la guerre. 

Musée BMW Munich

Dessin de Peter Szymanowski

Après la guerre, une partie des usines BMW se retrouve dans la partie de l’Allemagne contrôlée par les Russes. L’usine de Munich a subi de gros dégâts. BMW ne peut, dans un premier temps, que reprendre la fabrication de motos. Quand la production reprend avec les 501 et 502, la concurrence est terrible et les comptes de l’entreprise plongent dans le rouge. Saviez-vous que Mercedes propose même de racheter BMW?

Quand on sait qu’aujourd’hui BMW fait partie du club des marques premium, il est amusant de se souvenir que c’est en partie grâce à l’Isetta que l’écusson à l’hélice existe toujours. 

l’Isetta de l’Italien Isomoto se vend mal en Italie et BMW rachète la licence de l’Isetta pour l’Allemagne et le Royaume-Uni. Comme pour la Dixi, la voiturette est améliorée. Le monocylindre deux temps est remplacé par un monocylindre quatre temps de 247cm3 qui équipe les motos BMW.

BMW met ainsi sur le marché un nouveau concept de véhicule économique propre, peut-être, à solutionner les problèmes de circulation et de stationnement en milieu urbain. Il est étonnant de voir comment l’histoire se répète: n’était-ce pas le concept de la Smart ? 

Musée BMW Munich

Cette voiture est comme certains chiens. De loin on se demande où est la tête et où est la queue. 

Musée BMW Munich

Musée BMW Munich

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au final l’Isetta se vend mal. Wolfgang Denzel, importateur de BMW en Autriche prend l’initiative (encore une fois) de faire réaliser une carrosserie par le designer Italien Giovani Michelotti afin de créer une voiture en utilisant le châssis et le moteur de l’Isetta 600: c’est la BMW 700. Elle sera produite à 180 000 exemplaires durant ses cinq années de commercialisation. 

Musée BMW Munich

Musée BMW Munich

Malgré un petit moteur de 700 cc, et sans doute grâce à des solutions techniques performantes comme des suspensions à roues indépendantes, une direction à crémaillère et une boîte de vitesses à synchros (Porsche), la voiture se distingue en rallye. 

Musée BMW Munich

Un coffre aussi long que le capot. 

Dans cette salle, le musée restitue les grandes étapes des berlines de 1966 à 2006, c’est-à-dire depuis la 1600 jusqu’à la série 335. Quarante ans de berlines sportives s’affichent devant vous. 

Musée BMW Munich

4 cylindres BMW 1600 suivie des évolutions de la série 3. 

La BMW 2002 fait resurgir des souvenirs. C’était la deuxième voiture d’un ami. La première, une R8, a rapidement terminé sa vie dans le fossé d’un rond point. A 18 ans on n’est pas forcément préparé à des propulsions un peu joueuses. 

Il passa des heures à lui donner un aspect body buildé à coup de polyester et de ponçage. 100 chevaux c’était bien, mais la consommation n’était pas en rapport avec les moyens d’un jeune étudiant.   

Musée BMW Munich

Vous noterez que toutes les voitures exposées sont en superbe condition. Ce modèle date de 1968. 

 

Musée BMW Munich

Musée BMW Munich  1500 1963

Musée BMW Munich

Musée BMW Munich 1800 TI 1966. 

 

 

 

 

 

 

 

On avance doucement dans le temps pour atteindre le début des années 70. Avec son six cylindres de 2985 cc, la BMW 3.0 CSI abat le 0 à 100 en 7,7 secondes. En compétition, cette auto remportera de nombreuses victoires. 

Musée BMW Munich

Musée BMW Munich

En fait la carrosserie de cette 3.0 de 1975 paraît plus crédible dans le rôle de voiture de course, je vous l’accorde, d’autant qu’il n’y a pas que le costume. Le six cylindres développe la bagatelle de 430 CV. 

Musée BMW Munich

270 km/h. 

Une des curiosités de ce musée est la collection d’oeuvres d’art déguisées en voitures. La dénomination exacte est BMW Art Sport Cars. On doit l’idée à André Poulain, pilote et commissaire priseur, qui a imaginé de créer un lien entre les voitures de sport et l’art visuel. Le premier artiste à avoir mis l’idée en pratique est Alexander Calder. Le musée propose les quatre premières voitures ainsi décorées. 

Musée BMW Munich

On aime ou pas, c’est affaire de goût. 

Il y aura en tout dix neuf pièces uniques. Après la voiture peinte par Alexander Calder, c’est Franck Stella qui s’y colle. La décoration est faite de papier millimétré. Puis c’est Roy Lichtenstein qui peint un lever et un coucher de soleil sur les portières, évoquant le cycle cosmique des 24 heures (du Mans bien sûr). 

Puis ce sera au tour d’ Andy Warhol. En 1998, Wolinski embellit la carrosserie de la Porsche GT2 de jolies filles qui prennent un bain de soleil. Vous comprendrez que celle-là n’est pas au musée BMW! 

Celle que vous admirez maintenant est une réalisation de Jeff Koons, artiste nord américain. Travail fait tout à la main. 

Musée BMW Munich

Les lignes et touches de couleur représentent la puissance de cette BMW M3 GT2. Il est vrai que piloter les 500 CV qui ronronnent sous le capot ne doit pas être à la portée de tout le monde. 

Mais, comble de la coïncidence, une exposition sur ce thème se tient du 13 mars au 5 avril au BMW Brand Store, 38 avenue George V, 75008 Paris. Evitez juste les samedi, car le quartier est mal fréquenté en ce moment. Faites vous plaisir.  

Joli musée avec des motos et des voitures que l’on voit rarement en France. Et puis le centre de Munich est sympa. 

Musée BMW Munich

Automobile ancienne à votre service