à votre service
Osi Hotchkiss 2 CV

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

En septembre prochain se tiendra la vingt-neuvième édition du rallye annuel de l’Association des Clubs de Marque. A tour de rôle, chacune des onze marques propose aux autres membres un circuit sur quelques jours dans une région de son choix. La date est laissée à la discrétion de l’organisateur.

En 2019, c’est l’Amicale Salmson qui est aux commandes. Ce sera une escapade dans le Var, et plus précisément à Saint-Raphael.

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

L’affiche officielle. 

Si certains préfèrent ne pas prendre de risque et acheminer leur voiture sur plateau, en ce qui me concerne, je décide d’y aller par la route, sur quatre jours. L’idée est de faire du tourisme hors des sentiers battus des routes nationales devenues à mon goût un peu trop « tendance ».

Une fois arrivée sur place, la voiture y stationnera dans un garage fermé et sécurisé pendant le reste de l’été. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Objet de toutes les attentions,  » Chamousette » est prête pour l’aventure.  

Le voyage aurait pu se faire en trois jours, mais avec le recul et les températures caniculaires on ne peut que se féliciter d’avoir raccourci les deux dernières étapes. La première sera la plus longue (402 km). Deux raisons à cela:

  • Les premiers kilomètres parcourus nous font traverser notre jardin et l’envie de s’arrêter pour découvrir des lieux inconnus est moindre.
  •  Les routes sont plus roulantes. Pour preuve, sur la première matinée nous tiendrons sans effort les 60 km à l’heure de moyenne. Ce n’est qu’à partir de la deuxième journée que nous prendrons des routes de montagne. 

Afin d’éviter le flux important des départs en vacances, c’est le dimanche matin que nous quittons le Gâtinais pour rejoindre la Puisaye: Saint-Fargeau et Saint-Amand-en-Puisaye sont rapidement atteints par des routes maintes fois explorées à vélo. A noter aussi que c’est à Saint-Fargeau que nous avons participé à notre premier rallye du club Hotchkiss. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1: paysage de la Nièvre en direction de Clamecy. 

Le commentaire de Chamousette: Je commençais à trouver le temps long! depuis le retour de Nogaro, on m’avais laissée sans activité! Je comprends qu’il faille me ménager mais avec 400 kilomètres je ne vais pas battre de record! 

Nous longeons le Morvan par l’ouest pour atteindre Autun, ville d’Art et d’Histoire et premier site gallo-romain du nord de la Loire. Première pause touristique. 

De son patrimoine exceptionnel, reflet d’une histoire prestigieuse engagée il y a plus de deux millénaires, et parmi la dizaine de vestiges visibles, je vous propose de nous arrêter sur une des trois portes: la porte Saint-André, à l’est de la ville, en direction de Langres et Besançon. 

Les deux portes latérales étaient destinées aux piétons. Celles du centre, aux chariots. Il est amusant de constater qu’à l’époque Gallo-Romaine, le concept de ce que les anglais nomment « dual carriage way » existait déjà! 

Pour ce qui est de la tour de flanquement que vous voyez à droite, elle trouve son origine dans les tours romaines qui, construites en saillie des murs et dans le cas présent des portes, permettaient de prendre l’ennemi de flanc.  

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Une Eau Forte signée Bourgeois et datant du XIXe montre la porte dans sa configuration actuelle. Elle est visible au musée Rollin d’Autun.

Autun-Augustodunum fut la capitale des peuple gaulois éduen. Viollet-le-Duc à contribué à la restauration du monument. 

Autun bénéficie d’un magnifique plan d’eau alimenté par des ruisseaux. Lieu de pêche mais aussi de détente, le plan d’eau du Vallon sert d’écrin au Triathlon d’Autun. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Difficile d’imaginer en cette chaude journée que la température de l’eau était de 10° le 12 mai et qu’il a fallu transformer le Triathlon en Duathlon! 

A mi-chemin entre Autun et Châlon-sur-Saône, le Château de Couches nous invite à une pause. C’était un point de contrôle stratégique de la route entre les deux ville précédemment citées. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Bâti au XIIe siècle, le domaine est constitué de plusieurs bâtiments dont le plus haut et quasiment le seul à pouvoir se visiter est la Tour Carrée. Représentation de la puissance du maître des lieux, ce donjon était le lieu de vie de la famille seigneuriale. 

« Une thèse soutient que la reine Marguerite de Bourgogne, répudiée par le roi Louis X le Hutin, ne serait pas morte, comme nous l’apprend l’historiographie la plus fréquente, en 1315 à la prison de Château-Gaillard mais qu’elle aurait été recueillie dans le plus grand secret par sa cousine Marie de Couches et serait en fait morte en 1333, d’où le nom de château de Marguerite de Bourgogne couramment donné à la forteresse »

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Le rez-de-chaussée est aujourd’hui utilisé pour des dégustations de vins (le château fait partie d’un domaine viticole produisant des vins d’appellation Bourgogne Côte-du-Couchois). La tourelle, quant à elle, est datée du XVe siècle. 

A chaque étage sa fonction: de bas en haut la salle des gardes, la salle à manger puis la chambre à coucher. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Les ouvertures de la salle de garde ont été réalisées au XIXe siècle dans ce qui était à l’origine les meurtrières. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1. La salle à manger est une interprétation de ce que pouvait être un tel endroit. Les tapisseries d’Aubusson datent du XVIIe. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Il y a deux lits dans cette chambre. L’un est du XVIIe. De petite longueur, il image la croyance selon laquelle il fallait dormir presque assis. La position allongée était pour les morts. 

En longeant la muraille, on trouve cette aile dont la partie centrale est occupée par la chapelle. (photographies interdites à l’intérieur). 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Profondément remaniées au cours des années, les murailles ont été arasées. 

A l’arrière du château, du jardin grillé par le soleil, c’est la vision d’ensemble qui présente le plus d’intérêt à mes yeux. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Du 12 au 14 juillet le Château de Couches proposait, dans le cadre des « Médiévales 2019 », un véritable voyage culturel au XVe siècle ! Pendant trois jours eurent lieu des reconstitutions de la vie médiévale (campements d’artisans, forgerons, tailleurs de pierre et animations sur l’époque médiévale).

Deux témoins de cet évènement sont toujours présents au moment de notre passage: une catapulte et cette reconstitution en miniature du navire « Santa Maria », l’un des trois bateaux utilisés par Christophe Colomb pour sa première traversée de l’Atlantique en 1492. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1. Interdiction de monter à bord en l’absence des marins! 

Par contre l’accès aux souterrains est possible, et même recommandé.  

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

La particularité de cette entrée réside dans le plafond en arcs successifs décalés. Cette construction intelligente permet, dans le noir, d’anticiper les marches en touchant le plafond. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Système très ingénieux. 

Le corps de logis du château de Couches a été construit entre 1844 et 1848 dans un style néogothique.

Au printemps 2018, les enduits, la charpente et la toiture ont été refaits. Il a fallu trente cinq mille tuiles vernissées! 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Nous reprenons notre route. Châlon-sur-Saône, Tournus et Mâcon sont rapidement laissés dernière nous. Chamousette fonctionne bien si ce n’est un rechargement insuffisant de la batterie. La température d’eau ne dépasse pas les 80°. Tout va bien.

Nous rentrons dans les Dombes à l’architecture en briques très caractéristique des régions sans pierre. Une pause hydratation s’impose car la température monte et nos organismes souffrent. Châtillon-sur-Chalaronne semble une évidence. Partis le matin de la Venise du Gâtinais, nous ne pouvons pas ne pas nous arrêter dans cette petite cité de caractère surnommée localement la « petite Venise ». 

Au XIVe siècle la ville était ceinturée de murs. Des entrées il ne subsiste que la porte de Villars. Elle a conservée sa galerie à machicoulis, les bras du pont-levis, les coulisses de la herse et les gonds des portes. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Nous trouvons refuge à l’abri du soleil de deuxième moitié d’après midi, à proximité des halles. Elles ont été construites au cœur de la cité en 1440, et reconstruites à l’identique en 1670 après un incendie. Toute la charpente est en chêne dont l’origine est la forêt de Tanay (21). 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Les halles mesurent 80 mètres de long par 20 mètres de large pour une hauteur de 10 mètres. 

L’église Saint-André (1431 – 1500) jouxte les halles. Une simple petite rue les sépare. Le matériau de construction de base reste le carron, brique de pays, agrémenté de pierre blanche des bords de Saône et du Revermont (contreforts du Jura). La tourelle de l’horloge que l’on observe à droite a été conservée au fil des agrandissements successifs. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Dans les chapelles latérales, les clefs de voute portent les blasons des familles ou corporations qui les avaient demandées. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

La foi est un Dieu qui bénit son peuple. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Armoirie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un détail rigolo, les agenouilloirs sont repliables pour faciliter le passage des fidèles.  

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Un tour dans la ville permet d’apprécier la conservation du patrimoine architectural. Carrons et colombages à tous les étages. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Petite Venise ou ville rose? 

La journée s’achève non loin de là dans l’hôtel Golf de Villette-sur-Ain. Le calme est assuré au milieu des soixante quatorze hectares de verdure. Le bâtiment est une ancienne maison de notable, mi habitation, mi ferme.

Chamousette est toujours en légère décharge. Les treize ampères ne suffisent pas à équilibrer la production et la consommation d’électricité. La nuit permet de recharger la batterie. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Une place à l’ombre sur le parking de proximité. 

En haut d’un vallon voisin du golf se dresse le château de Richemont. Sa construction débuta à la fin du XIIIe siècle, sur décision de Girard de la Palud, un chevalier dont l’un des fils fut patriarche de Jérusalem. Au fil des successions et des incendies, le château, à l’architecture défensive typique de l’époque, ne conserve plus que ses quatre tours d’angle. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J1

Aujourd’hui privé le château ne se visite pas, sauf pour les journées du patrimoine. 

Pendant que nous soupons en terrasse, Chamousette se repose en bonne compagnie. Mais qui est donc cette belle auto semble se demander ce majestueux cervidé. 

Du Gâtinais au Var en Hotchkiss J2

Avec une consommation du jour de 12,7 litres pour cent kilomètres, la belle a été aussi sobre qu’un chameau, à moins que ce soit le talent de son pilote ?

Le commentaire de Chamousette: Mais quelles sont ces manières de me comparer à un camélidé? Et puis je signale que je n’ai qu’un réservoir, donc c’est à celle d’un dromadaire qu’il faudrait comparer ma soif! Quant à ce beau mâle, qui me regarde avec convoitise, j’espère qu’il est bien attaché car je ne voudrais pas qu’il raye ma peinture avec ses bois! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *