à votre service
Osi Hotchkiss 2 CV

Archives mensuelles : juin 2019

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Osenat vente aux enchères 15 juin 2019

L’affiche est prometteuse. Plus de 110 lots de collectionneurs et les véhicules de la famille Bataille, une grande hétérogénéité de voitures qui vont de la sortie de grange à la Ferrari récente.

Et pourtant la salle n’est pas pleine. Présage? Le reste de l’après-midi va voir cette impression se confirmer. Globalement, la majorité des autos vont être adjugées en salle, mais toujours au minimum de l’estimation et parfois en dessous. Et, vous allez le voir rapidement, les prix bas n’auront dans de nombreux cas pas atteint le prix de réserve. Une mauvaise journée pour les vendeurs.

DSC00901

MGTF & TD, Amilcar CS, Hotchkiss cabriolet,  Citroën traction et Bugatti 35 composent le plateau d’accueil. Si vous êtes curieux du résultat de la traction, vous allez être déçu car elle a été retirée de la vente. 

En attendant le début de la vente, je fais un petit tour dans le centre de Fontainebleau, et en particulier du côté de l’église Saint-Louis, en cours de restauration.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Osenat vente aux enchères 15 juin 2019

L’église Saint-Louis a été bâtie au XVIIe siècle, entre 1611 et 1614, par Claude Martin à la demande de la reine Marie de Médicis, épouse d’Henri IV, puis enrichie par Napoléon III, qui venait régulièrement au château et souhaitait donner à la ville un caractère plus monumental.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Le chœur. 

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Osenat vente aux enchères 15 juin 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non loin de là, dans un hôtel particulier, un évènement privé met en scène des robes à ne pas porter tous les jours. 

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Osenat vente aux enchères 15 juin 2019

Mais revenons à la vente. Maitre Osenat est au marteau, secondé par Stéphane Pavot. 

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

La Citroën ID Break en version familiale, estimée entre 20 et 25 K€ a été adjugée 21 K€ + les 20% de frais. 

Débutons par les voitures non vendues en salle. Cette 280 SL Pagode de 1968 était estimée entre 70 et 90 000€. L’enchère débute à 50 K€.  Personne ne suivra. 

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

En 2016, un rapport d’expertise l’évaluait à 85 000€ avec le hard top

Passons à une « grosse Mercedes ». Pensez donc, une 500 SL. Prévue pour rouler à 220 km/heure, c’était presque celle des Harts dans la série « L’amour du risque ». Presque parce que les pauvres milliardaires n’avaient que la 450 SL!

Bref, le prix de réserve devait se situer dans la fourchette d’estimation 40-50 K€ et malgré une mise à prix à 30 K€, aucun acquéreur potentiel ne s’est manifesté.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Personne n’aura pris le jeton de l’image de la réussite sociale!

Cette Jaguar XK 120 de 1952 ne présente pas vraiment bien. Vendue aux USA, l’historique de ses propriétaires est connue. De retour en Europe en 2013, seuls les aspects mécaniques sont remis en état. 

Le dossier complet attestant de son authenticité et quatre pages dans le catalogue n’ont pas suffi à convaincre. Proposée à 70 K€ elle ne s’est pas vendue pendant la séance. 

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

La carrosserie et la sellerie sont à refaire. 

Pour rester dans les Jaguar à la plastique peu soignée, cette MK II 3,2 litres de 1967 m’a donné l’impression d’avoir été peinte au coton tige! Une horreur. Son propriétaire actuel l’a acquise en épave. Le chantier a pris sept ans. Pudiquement, le catalogue indique qu’une peinture serait nécessaire. Assurément! 20 K€ + les frais. Sauf que le prix de réserve n’a pas été atteint. La vente ne se fera pas.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

La photo ne rend pas hommage à l’état de la peinture. 

Passons aux choses sérieuses. Il y a peu, la FFVE expliquait la difficulté de l’attribution d’un certificat pour une carte grise de collection: s’assurer que la voiture est authentique. Cette Bugatti 35B proposée est l’exemple d’une voiture reconstruite. Le catalogue le précise clairement. L’acheteur ne peut pas invoquer l’absence d’information. L’historique de la voiture est assez précis. Osenat lui consacre sept pages, versions française et anglaise confondues.  

Les enchères démarrent à 300 K€ pour s’arrêter rapidement à …. 300 K€ hors frais. La fourchette d’estimation allait de 400 à 600 K€.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

La voiture à voyagé à travers le monde. 

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Le catalogue précise la plupart des n° de pièces. 

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Osenat vente aux enchères 15 juin 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autre Bugatti, autre style. Modèle unique carrossé par Graber en 1936, la voiture est vendue en Suisse à un architecte. Vous noterez l’absence de marchepieds. Plus étonnant pour un coupé, on accède aux places arrières grâce à une porte secondaire qui s’ouvre de manière antinomique. Il n’y a pas de montant central. C’est un anglais, en 2008, qui l’a fait repeindre. A la lumière, le rouge qui parait bordeaux sur les photos est en réalité plutôt prune clair. 

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Osenat vente aux enchères 15 juin 2019

Au final  la voiture est adjugée à 290 K€ hors frais quand l’estimation allait de 350 à 450 K€. Le prix de réserve n’est pas atteint. Il n’y a pas de changement de propriétaire.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Cette typologie d’ailes avant est classique des voitures de cette époque. 

Une voiture rare: une Renault Vivasport Roadster type ACM-1 de 1935. Hormis la rareté, il n’y a pas grand chose à dire. Le moteur est un six cylindres de 4 litres.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

La couleur d’origine était bleue.

Une fois de plus les enchères ne sont pas montées très haut. La mise à prix est de 55 K€ et l’adjudication de 70 K€. L’estimation laissait entrevoir une possibilité à 120 K€. Le prix de réserve n’est pas atteint. La transaction ne se fera pas.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Même si la nature du bois est la bonne, je trouve le tableau de bord trop neuf. 

La voiture qui suit fait partie des rares joutes de l’après-midi. Je connais cette voiture et son propriétaire, membre très ancien du club Hotchkiss. Elle est belle et fonctionne bien. Par contre, et Me Osenat l’a bien expliqué, elle n’a pas de valeur historique. C’est en fait un modèle Gascogne (donc identique à la mienne) transformé en cabriolet. Après guerre, nombre d’Hotchkiss ont été découpées pour être transformées en dépanneuse. La puissance des moteurs se prêtait à merveille au remorquage. Cela fait partie de l’histoire de la marque. Mais transformer une berline en cabriolet ou découvrable, quelle que soit la qualité du travail, change la donne. 

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Osenat vente aux enchères 15 juin 2019

Osenat s’est trompé sur la dénomination du modèle. Les versions Provence ont existé, certes, mais c’étaient des découvrables, c’est-à-dire que les portières conservaient leur partie haute. Nous somme ici en présence d’une reconstitution de Languedoc. Si vous regardez la Cote LVA, vous retrouverez la même erreur. 

Les véritables cabriolets répondaient au nom de Languedoc, quatre ou six cylindres.  

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Les roues à fils sont d’origine Jaguar.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Une petite (?) frimousse de 686 S49. 

 

 

 

 

 

 

 

L’intérieur est extrêmement propre. Le tableau de bord est typique des après-guerre. Il ne lui manque qu’une boite Cotal ! Bref, cette auto a été très disputée. Les enchères ont débuté à 25 K€ pour se terminer à 48 K€. L’estimation maximum étant de 45 K€, il n’y a pas de quoi pavoiser, mais c’est une des rares adjudications au dessus de l’estimation.  57600 € frais compris, c’est bien moins cher qu’une vraie. Félicitations au nouvel acquéreur et peut-être futur membre du club Hotchkiss!

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Moquettes et cuirs sont en parfait état.

Voici le cœur de la bête. Six cylindres en ligne. Simple carburateur et l’habituel filtre à air. 

C’est un couple du département 70 (Haute-Saône) qui a remporté le combat. Ce sont les souvenirs d’enfance de la dame qui ont sans doute fait la différence. 

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Les plus observateurs auront remarqué que la colonne de direction a été transformée pour faire place à une crémaillère en lieu et place du boitier d’origine. 

Peu de concurrence pour cette Salmson 2300 S. Proposée à 20 K€, elle a été adjugée au même prix. Une fois de plus, l’estimation était optimiste, à moins que ce soit le vendeur qui ait été trop gourmand. Prix de réserve non atteint.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Remise en route et travaux de cosmétique à prévoir. 

Les amateurs de Porsche avaient de quoi se satisfaire, car en plus de la collection d’un amateur de la marque, d’autres modèles étaient disponibles, comme cette 912 Targa « Soft Window » (lunette arrière souple) de 1967. Originaire de Californie, ce n’est pas un importateur qui l’a rapportée sur le vieux continent, mais la propriétaire elle même, venue prendre sa retraite en France, non loin de Montargis. 

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Le modèle fait partie des premières séries produites.

Le moteur de 166 cc a été refait. Un rapport d’expertise sera fourni, mais nous savons qu’il faut relativiser la portée de ces rapports. Elle sera adjugée à 43 K€ + les frais, mais sur le site des résultats OSENAT, la vente a été annulée pour prix de réserve non atteint.  

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Une jolie petite voiture pour qui aime la forme des 911 sans rêver de puissance et avec moins de risque de s’enrouler autour des platanes. 

Restons dans les Targa avec cette 911 2,4 S bleu Gémini de 1972. Elle est restée dans la même famille pendant plus de quarante ans. Si le compteur est juste, la voiture affiche 112 500 kilomètres. Malgré tous les arguments mis en valeur sur le catalogue, l’enchère peine à monter pour s’arrêter à 110 K€. Offre insuffisante pour les propriétaires puisque le prix de réserve n’est pas atteint. La vente ne se fait pas.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Osenat vente aux enchères 15 juin 2019

Même cause, même effet pour la 914 2 litres de 1973. Les jantes Campagnolo en magnésium n’auront pas suffi pour atteindre le prix de réserve. Le thermomètre s’arrête  à 28 K€.  

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Origine Italie.

Décidément, ce n’était le jour ni des Porsche ni des 912. Il faut dire qu’après un coût de restauration de 30 500 €, on peut comprendre la frustration du propriétaire de ne la vendre que 50 K€. La 356 1600 SB – T5, n’ayant pas non plus atteint le prix de réserve, subira le même sort. Quant à la 911 type 930 turbo 3,3 de 1983, c’est pire puisque aucun doigt ne s’est levé. La cote des Porsche serait-elle en train de revenir à la raison?

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Origine Etats-Unis.  Châssis court.

Très belle petite auto que cette Elan + 2 de 1968. D’origine Française, sa peinture refaite n’est pas exceptionnelle, mais acceptable. Le point d’interrogation de ces voitures reste le châssis et l’entretien car ce sont des voitures d’ingénieurs. Si en Grande-Bretagne il y a des spécialistes, c’est plus difficile à trouver chez nous. La cote de ces Lotus s’est un peu envolée depuis quelques années. Adjugée à 18 500€, encore une fois sous le prix de réserve, la vente ne se fera pas.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Osenat vente aux enchères 15 juin 2019

L’histoire se répète avec cette Lotus Esprit S3 Turbo 1985. Estimée entre 30 et 40 K€, la meilleur offre à 27500 € n’aura pas suffi à couvrir le prix de réserve.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Provenance Allemande mais origine US pour cette finition . 210 Cv.

Il y avait deux MGB à vendre. Une verte adjugée 13500 €, sous le prix de réserve, et une blanche qui pour le coup s’est vendue 15 K€ + les frais.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Bel état de présentation et dossier de restauration. L’acheteur n’en est pas à son coup d’essai chez OSENAT. Sa première acquisition ne fut pas un coup de maître. Las des ennuis, il l’a revendue. Souhaitons-lui plus de chance cette fois-ci.  

Je vous présente une troisième MG, un modèle A de 1961. Elle a été vendue aux US. Le rouge n’est pas sa couleur d’origine. Au dire du catalogue, la voiture roule et a été entretenue. A 19500 € + les frais c’est cadeau si elle ne recèle pas de vices.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Carte grise de collection.

A propos de carte grise de collection, un des représentants de la FFVE a porté à notre  connaissance lors d’une réunion de l’ACM (Association des Clubs de Marque) il y a quelques jours, qu’un des intérêts d’un certificat de circulation en collection est qu’en cas d’accident, l’expert de l’assurance ne peut pas décider unilatéralement de mettre la voiture en épave.

Le statut collection induit que la voiture fait partie du patrimoine et donc la protège d’une fin de vie calamiteuse dans une casse automobile. C’est le premier et seul argument digne de ce nom que j’entendais au crédit de la carte grise de collection.

Pour conclure, deux MG des années cinquante. La noire et verte est un modèle TD de 1953. La blanche est une TF de 1955. Les deux ont été vendues.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Adjugée 16500 hors frais pour une estimation minimum à 20 K€. Conduite à droite.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Adjugée 21000 pour une estimation minimum à 23 K€. Le volant à gauche, cela aide!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas de belle vente sans une 2cv. Celle-ci date de 1958. C’est une version export Outre-Mer. Ce qui caractérise ces modèle, c’est un châssis renforcé de camionnette, des pare-chocs type Sahara, une plaque de protection du carter, un filtre à air à bain d’huile… Adjugée à 7200 € .

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

La voiture a passé une grande partie de sa vie à Dakar.

Vous souvenez-vous du sketch de Coluche sur les journalistes? « Les milieu autorisés s’autorisent à penser … »

L’idée était que quand on sait pas on devrait se taire. Ici c’est un peu la même chose. Pensez-vous que ce soit vendeur de dire qu’il s’agirait d’une voiture que Pablo Picasso a offert à sa fille (conditionnel).  Moi, et cela n’entraîne que moi, je pense que quand on n’a que ce type d’argument, on devrait éviter d’en parler!

Bref, cette Autin Princess 1300 a été vendue 12 500 € hors frais.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Une manière de rouler différent en France.

A l’extérieur, comme souvent, d’autres voitures font le spectacle, comme cette BMW 633 CSI E24 de 1976. Immatriculée en France en dépit d’une provenance Italienne. Peu d’informations sur son histoire si ce n’est qu’elle est revenue en France en 2017. Les papiers sont Français. Hélas, celui qui pensait faire une bonne affaire à 13800 € + frais aura été déçu car une fois de plus le prix de réserve n’aura pas été atteint.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Six cylindres sous le capot. Dessin de Paul Bracq.

Je pensais croiser Daniel, grand amateur de Studebaker, et son appareil photo. Le modèle Président Speedster est la version sportive et luxueuse. Comme toujours avec ces américaines, l’exubérance du gabarit, des formes et des chromes ne permettent pas de rouler en tout anonymat, mais n’est-ce pas là l’intérêt d’une telle auto? Estimée entre 17 et 23 K€, l’acheteur le plus combatif a obtenu la victoire par KO à 25 K€!

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Osenat vente aux enchères 15 juin 2019: Modèle 1955.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Une bonne révision sera nécessaire.

Petit roadster vu moins fréquemment qu’une Triumph ou qu’une MG, et qui fête ses soixante ans cette année, la Sunbeam Alpine de 1966 est affublée d’ailerons arrières, un peu comme les Peugeot 404. Le moteur de 1725 cc, gavé par deux carburateurs ne développe que 78 cv pour 1200 Kilogrammes. A  noter quand même que entre la série I et la série V que nous voyons ci-dessous, la petite dame a quand même pris 200 Kg soit + 20% de son poids de jeune fille! L’augmentation de la cylindrée a juste accompagné la surcharge pondérale. Il existe depuis 1977 un club dédié à ce modèle, en GB bien entendu.

Bref, une fois ces considérations d’avant essayage du maillot de bain terminées, un acheteur s’est porté volontaire pour 17 K€. (estimation entre 15 et 20 K€).

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

Se prendre pour Sean Connery (James Bond) sur des petites routes de montagne, sans avoir besoin de se ruiner en achetant une Aston ! Ma première rencontre par film interposé avec Ursula Andress. Ce sera aussi la dernière….

Désolé de finir par une note négative, mais même cette Land Rover Lightweight de 1974 sera venue prendre l’air de Fontainebleau pour rien. Estimée entre 10 et 15 K€, les offres sont montées à 7000€, encore une fois sous la barre du prix de réserve.

Osénat vente aux enchères 15 juin 2019

C’est dommage car le véhicule était propre et original.

Bref, comme aurait pu dire la reine d’Angleterre, ce fut ‘diem horribilem’ sur toute la ligne.

Pour OSENAT car les résultats auront été faibles au regard des efforts et du travail fourni.

Pour les vendeurs car de nombreux prix de réserve n’ont pas été atteints.

Et pour les acheteurs déçus après l’excitation de la séance.  

Nous avons également une pensée pour toutes les autres voitures non présentées ici et qui n’ont pas changé de propriétaire: Chevrolet Camaro IMSA GTO, Ferrari 308 GTB, Ferrari Mondial cabriolet, Ferrari 328 GTS, Ferrari 512 TR, Ferrari F355 Spider, Ferrari 456 M GTA, Ferrari F430 Spider, Aston Martin DB7 Vantage ….

Par contre l’ensemble de la collection Bataille a trouvé preneur. Des sorties de grange à petit prix!  

Osenat vente aux enchères 15 juin 2019

Automobile ancienne à votre service

 

 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Le week-end de l’Ascension est la période pendant laquelle le club Hotchkiss organise son rallye national. Cette année, c’est sur le Gers que les organisateurs avaient jeté leur dévolu. Du Loiret, il y a plus de 700 km. Chamousette est de 1949;  nous sommes en 2019, année de ses soixante dix ans. C’est décidé, à cœur vaillant rien d’impossible. C’est par la route, sur deux jours, que nous décidons de rejoindre Nogaro. 

Le mot de Chamousette: Entre nous il se la raconte un peu le président! D’abord son plateau est trop faible pour transporter mes tôles épaisses et mon bloc tout en fonte, donc le choix était limité!

Ensuite, c’est quand même moi qui aligne les kilomètres, alors le mérite d’une telle transhumance me revient. Ceci dit, pour être totalement objective, et parce que mon éducation militaire a laissé des traces,  le courage fait partie des valeurs que mon général m’a inculquées et je trouve que traverser la France est une bonne idée. Que celles et ceux qui pensent qu’à partir d’un certain âge une voiture bien conçue n’est plus bonne qu’à ratisser les rendez-vous de club dans un rayon de cinquante kilomètres se ravisent.

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

La première journée sera la plus longue: 461 km. La logique de tracé du parcours est on ne peut plus simple:

  • Une ligne droite entre Montargis et Nogaro sur une carte de France
  • Parmi les cent plus beaux détours de France, j’identifie ceux qui se rapprochent de l’axe précédemment identifié.
  • Il faut éviter les autoroutes et autres voies rapides.

Mais je ne suis pas Hannibal, et il n’y a qu’au cinéma que les plans se déroulent sans accrocs.

Peu après Gien, je réalise que l’ampèremètre affiche une décharge. Bizarre, vous avez dit bizarre? Un doute s’installe sur l’autonomie de la batterie. Un petit arrêt s’impose, devant un garage automobile. Le patron m’indique qu’il n’a pas le temps de me faire un diagnostic. Je plonge donc sous le capot pour rechercher la cause de cette panne non bloquante, mais néanmoins irritante.

Mes connaissances en électricité sont au moins équivalentes à la compétence des escargots en astronomie, mais ne dit-on pas que la chance sourit parfois aux innocents, et soudainement la dynamo se remet à charger. Je saurai plus tard que c’est le régulateur qui dysfonctionne. 

Le mot de Chamousette: Je suis bien entretenue mais parfois les aléas de la vie procurent quelques désagréments.  Avec ma grosse batterie je peux assurer! Pas de quoi paniquer. 

IMG_8247

30 minutes d’arrêt pour ne pas trouver la cause de la panne.

Sur la route nous contournons la petite ville d’Aubigny-sur-Nère. Cité située au nord du département du Cher, Aubigny est remarquable non seulement grâce à ses rues bordées de maisons à colombages (certaines datent du XVIe siècle), mais aussi à travers son château.  

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Rue Etienne Soyer. Le Château des Stuart est au fond dans l’axe. 

 

Les plus belles maisons possèdent des structures en bois sculpté. La visite guidée demande 1h30. Nous ne la ferons pas cette fois-ci. Chaque maison remarquable bénéficie d’un affichage spécifique. Tout est fait pour transformer la promenade en ville en leçon d’histoire. A bord de Chamousette nous faisons déjà un saut dans le passé, mais les habitats moyenâgeux la font paraitre une midinette! 

Puisque nous parlons d’histoire, la ville d’Aubigny est étroitement liée à l’Ecosse. Les 12, 13 et 14 juillet, la trentième fête Franco-Ecossaise célèbrera l’amitié séculaire qui unit la ville et les écossais. Si vous en avez l’occasion, l’évènement vaut le détour. Kilts et pipe-band seront au rendez-vous. Vous pourrez même vous essayer aux jeux de l’ancien temps comme le jeté de buches.

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

L’église Saint-Martin et son clocher particulier dominent le centre ville. 

Le château des Stuart ne se visite pas. Les extérieurs sont en cours de rénovation et le rendu est juste magnifique. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Les échafaudages viennent juste d’être démontés. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu plus loin, j’aurais bien voulu que le radar automatique d’un petit village Solognot n’ait pas été opérationnel. Mesuré 60 km/h, retenu 55 km/h pour une limite à 50 km/h. C’est la loi de la Chamousette et de la souris. Le petit mot doux de la maréchaussée me parviendra quelques jours après le retour. Décidément cette journée commence sous le signe des contrariétés!

Le mot de Chamousette: Je tiens à dire qu’après un début d’année à ne rien faire, mes petites bielles me démangeaient. Mais le règlement est le règlement et je plaide non coupable car je ne suis pas une voiture autonome (que Saint Christophe m’en préserve). 

Le Berry s’étend bien au-delà de Bourges, et c’est sur la route de La Châtre que nous décidons de faire la halte déjeuner. L’endroit se nomme Nohant-sur-Vic. Le restaurant est simple, propre et sympathique. En guise de marche digestive, l’église du village, en profonde restauration, propose un chef d’oeuvre inattendu du patrimoine religieux. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Eglise Saint-Martin de Vic.

Le contraste est saisissant: celle qui ressemble à une grosse chapelle contient des fresques du XIIe siècle. 

Souvent, on trouve quelques traces, mais ici c’est l’intégralité, ou presque, des murs qui est couverte de peintures romanes. Vous avez pu déjà en voir dans L’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe. Mais nous avons ici une simple église de village. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Ces peintures ont été reproduites au musée des monuments Français, à Paris, mais aussi au Japon.

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Certaines scènes sont un peu violentes!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vos pas ou vos roues vous conduisent dans cette partie du Berry, n’hésitez surtout pas à faire une pause. C’est splendide. Par ailleurs, une souscription est ouverte sur le site internet du patrimoine.

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

L’ensemble est bien entendu classé aux monuments historiques depuis 1850. 

George Sand soulignait déjà l’intérêt artistique de cette église. Mais que vient faire George Sand dans cette affaire me direz-vous? La raison est fort simple: cette écrivaine du XIXe siècle habitait non loin de là (deux kilomètres), à Nohant. Nous nous laissons donc guider par la signalétique des monuments et autres lieux dignes d’intérêt qui donnent le sentiment que la France propose des lieux historiques à foison.

J’admets que ce village répondant au nom de Nohant n’éveille en moi aucun souvenir. C’est l’occasion de ne pas laisser le temps au moteur de chauffer, car une visite s’impose.

En fait ce n’est pas réellement un village, mais tout au plus un hameau; quelques maisons jetées autour d’une place herbeuse au centre de laquelle est assise une petite église, ou devrais-je dire une chapelle. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Eglise Sainte-Anne.

L’intérieur de la chapelle, datée du XIe siècle, présente la particularité d’avoir deux colonnes en son milieu. Rien de surprenant sauf que les proportions sont étonnantes. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Ce lieu de culte est parfois encore utilisé à la demande.

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Découvertes lors de la restauration, ici aussi des fresques des XIe et XVIe siècle subliment la simplicité des murs blancs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais le centre d’intérêt n’est pas là. L’afflux des quarante mille visiteurs annuels est motivé par la maison de George Sand.

On prête souvent à quelques célébrités d’avoir vécu ou dormi dans un lieu, ou parfois même d’y avoir une chambre dans laquelle elles n’ont jamais mis les pieds, afin de susciter l’intérêt du touriste en mal de culture.

Ici ce n’est pas le cas, car George Sand, Aurore Dupin de son vrai nom, a vécu au domaine presque toute sa vie, et ceci depuis l’âge de quatre ans. Son père, de retour d’Espagne, fait halte chez sa mère pour se reposer. Jeu de mot cruel, puisqu’il y trouvera le repos éternel, conséquence d’une fatale chute de cheval à trente-quatre ans.

A la lecture de la vie de George Sand, on ne peut que vérifier à quel point à cette époque (nous sommes au XIXe siècle) les décès étaient prématurés. La vie d’Aurore Dupin en sera parsemée, puisque après qu’elle ait perdu son petit frère et son père, sa grand-mère paternelle, propriétaire du château, s’éteint, la laissant seule héritière à dix-sept ans. Elle enterrera aussi ses deux principaux amants.

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

George Sand disait de cet endroit, « J’aime Nohant avec une sorte de tendresse, comme un être qui m’a toujours été salutaire, calmant et fortifiant ». Avant d’avoir lu cette phrase, je m’étais fait la réflexion que dès les grilles franchies, une impression de sérénité m’avait envahi. Je ne saurais expliquer les raisons de ce ressenti; la géométrie simple de la maison, le calme de l’endroit ou la simplicité de la cour d’honneur.

La guide dans son propos compare la maison à la villa Médicis. George (sans S pour féminiser le prénom) y hébergeait pendant l’été les esprits et les artistes parmi les plus en vogue de l’époque.

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Nous sommes ici côté parc. La géométrie de la façade est entachée de cette grande fenêtre de toit qui éclaire l’atelier de Maurice, le fils de Georges Sand. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Portrait de George Sand d’après Auguste Charpentier. 

Sitôt avons-nous pénétré dans le hameau que cette statue nous a accueillis. Enfin, à en juger par le visage glacial, le terme accueil est peut-être peu approprié. Il s’agit de Frédéric Chopin. On dit que le compositeur passera sept étés à Nohant, et qu’il y écrira la majorité de ses oeuvres. Pour tout vous dire, c’est sur un fond musical de ses principales compositions que j’écris ces quelques lignes. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Dans un de ses nombreux livres, George Sand, parlant de son amant, écrira: « Pendant huit ans, en m’initiant chaque jour au secret de son inspiration ou de sa méditation musicale, son piano me révélait les entraînements, les embarras, les victoires ou les tortures de sa pensées ». 

Le jardin tenait une place importante dans la vie de la maîtresse des lieux. Elle aimait à biner elle-même, alors qu’une dizaine de domestiques travaillaient pour elle.

Les deux cèdres du Liban qui dominent le parc côté sud ont été plantés pour la naissance de ses deux enfants. Ils sont aujourd’hui monstrueux. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une fois passés le hall d’entrée et son escalier en forme de cœur (réalisation de la grand-mère), les pièces ouvertes aux visiteurs ne sont qu’enfilade. Rien de gigantesque ni d’ostentatoire car nous sommes ici dans une belle maison bourgeoise plus que dans un château. Les pièces paraissent presque petites alors qu’au regard des standards actuels elles ne le sont pas.

Confort pour l’époque, la maison était équipée d’un système de chauffage. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Vous remarquerez, au dessus de la porte de la cuisine, les clochettes, moyen pour les domestiques de savoir dans quelle partie du château ils étaient demandés.

Si les invités étaient libres de leurs journées, la salle à manger était le lieu incontournable des repas animés du soir.

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Mise en scène, des petits cartons posés à côté des verres nomment les convives. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Eugène Delacroix est un habitué de la tablée. Il donnera des leçons de dessin au fils de Georges Sand. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Frédéric Chopin prendra fait et cause pour la fille en opposition avec sa mère. Georges Sand rompra immédiatement une relation amoureuse de plus de dix ans. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seule chambre du rez-de-chaussée, elle sera celle de Marie Aurore Dupin de Francueil (la grand-mère). Après son mariage, George Sand en fera brièvement la sienne avant d’y installer ses deux enfants et de s’installer dans le petit cabinet qui la jouxte. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Par la suite cette chambre servira de chambre d’amis.

La Chambre Bleue sera celle occupée par George Sand à la fin de sa vie. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Maurice, le fils, construisit ce petit théâtre et les marionnettes, faites de bois de tilleul et habillées par la maîtresse de maison elle-même. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Le public est constitué de domestiques et de gens du village. 

Juste à côté, c’est un véritable théâtre qui anime les soirées et remplace le billard. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Cédée à l’état par Aurore Lauth-Sand, la descendante de notre illustre écrivaine, cette demeure est une forme de musée, témoin de la vie de celle qui fut une des premières féministes à revendiquer l’indépendance des femmes. Notre guide nous plongera en permanence dans la vie de cette grande dame. Sachez, pour tout ce que cela signifie de l’état d’esprit de l’époque, que l’avis officiel de décès de George Sand mentionne « sans profession » !  Il ne faut dès lors pas s’étonner que les militantes de l’égalité homme – femme soient parfois agressives. Saviez-vous que les contrats proposés par les éditeurs à George Sand mentionnaient des délais courts et des pénalités de retard absents dans ceux des hommes?

Le mot de Chamousette: Tout cela est bien beau mais je n’ai pas vu de garage digne de ce nom pour m’héberger et me protéger des intempéries ! 

Toujours guidés par la signalétique, nous empruntons une petite route qui borde un château fortifié: Sarzay. Le propriétaire y propose des chambres d’hôtes. Le temps d’expliquer à des locaux, repus d’un repas pris à l’auberge du village, que la marque Hotchkiss n’est pas anglaise, et nous continuons notre route. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Sa construction date des XVe et XVIe siècles.

Si le temps était plutôt ensoleillé sur une bonne partie de la journée, la route entre Guéret et la périphérie de Limoges se fera sous une pluie bien serrée. C’est dommage car c’est un fort joli secteur pour qui aime les circonvolutions en deux dimensions des rubans de bitumes.

Le mot de Chamousette: Le progrès à parfois du bon. L’efficacité de mon mécanisme d’essuie-glaces n’étant pas mon point fort, le produit dont on a badigeonné mes vitres a prouvé son intérêt. Et puis je trouve très drôle de voir les gouttes de pluie se transformer en folles billes qui s’empressent de fuir, poussées par l’air. Il faut quand même rouler au moins à 70 km/h car l’aérodynamisme n’est pas ma qualité dominante. 

Mais les heures défilent et nous sommes encore loin de l’hôtel. Bourganeuf, Saint-Léonard-de-Noblat, Saint-Yrieix-la-Perche ne sont que des points de passage intermédiaires alors qu’ils figurent dans le Michelin des cent plus beaux détours de France. Parfois il faut faire des choix.

Nous arrivons à Brantôme en Périgord quelques minutes après deux équipages amis venus de la Sarthe en passant par Angoulême. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Brantôme en Périgord est surnommée la « Venise du Périgord ». Le centre-ville est entouré par la Dronne qui forme une boucle dont les deux extrémités sont reliées par un bras. La vieille ville est donc sur une île. Son patrimoine architectural est principalement constitué d’une abbaye fondée, dans sa partie troglodyte, selon la légende, par Charlemagne. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Quand les pierres blanches ne le sont plus vraiment, il vaut mieux photographier de nuit, mais un incident encore inexpliqué a fait disparaitre mes photos du soir. 

 Le mot de Chamousette: C’est sympa de retrouver des copines. On se sent moins seule. Par contre je ne sais pas quelle mouche à piqué mon propriétaire: me mettre une cale en bois sur le parking de l’hôtel! C’est quelque peu vexant! Et pourquoi pas une couche! 

Après un sympathique et fort bon repas et une nuit de repos, nous nous apprêtons à reprendre la route. Super Patrick effectue un réglage du ralenti et de l’avance à l’allumage pour éviter les arrêts moteurs intempestifs et les flatulences incontrôlées lors des ralentissements. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

De l’avantage des grands trottoirs.

Nous quittons donc Brantôme en convoi de trois, tels des mousquetaires. Je ne saurai dire qui est qui car il est une règle que nous nous devons de respecter: pas de commentaires sur le physique! 

La traversée de Périgueux et le contournement de Bergerac se font sans incident. La technologie du GPS facilite largement les itinéraires à travers les villes. Au sud de Bergerac, le paysage change et les vignes font leur apparition. Au loin, sur la colline, une silhouette de château se détache. Tel l’aimant sur une carrosserie sans choucroute, nous nous sentons irrésistiblement attirés, et finissons sur le parking du château de Monbazillac. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Les vignes du domaine, dont la grande vertu du terroir est la propension à la pourriture noble.

Alors qu’il date du XVIe siècle, son aspect crayeux donne au château comme un air de presque neuf. Depuis 1550, son aspect n’a pas changé. Il a traversé les guerres, révolutions et autres révoltes sans dommage. Comme vous pouvez le constater, son architecture est un mélange de défensif et de renaissance. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

« Roses de juin, vous les plus belles, Avec vos cœurs de soleil transpercés » Émile Verhaeren

Longtemps habités par des châtelains protestants, et après six ventes successives, le château et ses trente hectares de vignes sont depuis 1960 propriété de la cave coopérative de Monbazillac. Vu du bord des douves, les caractéristiques moyenâgeuses et défensives apparaissent clairement. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Le château est classé Monument Historique depuis 1941. 

L’intérieur du château est meublé et dix huit pièces se visitent librement. Haut lieu du protestantisme, je vous présente la salle protestante.

La diffusion de la réforme suivait les axes de communication, routes et rivières. Bergerac se trouvait au milieu. Les propriétaires de Monbazillac, protestants, accueillaient avec bienveillance leur coreligionnaires. Des portraits des grands réformateurs ornent les murs de cette pièce (Luther, Calvin…).

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Vous observerez la colombe au milieu du lustre.

Cette toile illustre les violences perpétrées pendant les guerres de religion. La bienveillance n’était pas toujours de rigueur!

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Dans le grand salon, la table d’apparat permettait de présenter les mets. Le parquet en point de Hongrie mélange les essences: sapin, chêne et merisier. Les décorations héraldiques de la cheminée datent de 1929. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Notez les différences d’inclinaison des dossiers: ceux de gauche, réservés aux femmes, sont plus verticaux que ceux des hommes, corset oblige. 

Je n’avais jamais rencontré pareil escalier. Ce n’est pas qu’il soit en bois qui le rend particulier, car en fait il est en pierre. Au XVIIe siècle, afin de préserver les marches de l’usure, les marches ont été recouvertes de loupe d’orme. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

La photo suivante vous présente une reconstitution d’une chambre d’une dame de Monbazillac au XVIIe siècle. Les colonnes torsadées du lit sont caractéristiques du style Louis XIII. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Le lit semble tout petit pour la pièce. 

Une des pièces est consacrée aux dessins de Georges Goursat (1863 – 1934). Plus connu sous le pseudo de Sem, l’homme n’a rien à voir avec le personnage biblique. C’est un illustrateur, caricaturiste, affichiste et chroniqueur mondain. La seule raison de sa présence en ces lieux est qu’il était natif de Périgueux. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Les lithographies de Sem sont un témoignage de la « belle époque ».

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Caricature

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Hommage au bon goût vestimentaire des parisiennes. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les caves du château, un petit musée du vin met en valeur des objets de la culture de la vigne et de la vinification. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

De gauche à droite millésime 1972, 1935, 1969 et 1987. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Botrytis Cinerea. 

De gauche à droite, Hotchkiss 680 Découvrable Monte Carlo de 1939, Hotchkiss 686 GS Cabriolet Riviera de 1939 et Chamousette, Hotchkiss 686 S49 modèle Gascogne de 1949 (vous comprenez mieux le jeux de mot du titre). 

Le mot de Chamousette: Ce n’est pas malin d’attendre le deuxième jour pour expliquer que je suis un modèle Gascogne! Comment voulez-vous que les lecteurs ne soient pas perturbés!

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Les capes & épées sont dans les coffres!

Les visites creusent l’appétit. Quitte à s’arrêter, autant le faire dans un bel endroit. Sur la route qui mène à Miramont de Guyenne, une ravissante petite ville bastide croise notre chemin. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Eymet a été instituée le 28 juin 1270 par Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse et frère de Louis IX, elle est l’une des rares bastides à posséder un château fort

Les “bastides” désignent les villes fondées au Moyen Age pour le compte des rois de France ou d’Angleterre durant la période 1150-1350 dans le Sud-Ouest de la France. Elles se caractérisent par un plan à damier dont les rues s’articulent autour d’une place centrale où les rez-de-chaussée des maison présentent des arcades. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Place Gambetta, Eymet. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Cette ville du Périgord est fort bien connue des Britanniques qui représentent 20% de la population. 

Nous trouvons sans difficulté un petit restaurant dont les tables en terrasse sont sous l’arcade. Il fait beau et pour des gens du nord de la Loire, l’opportunité est trop belle de manger dehors sans s’exposer aux rayons du soleil, très agressifs pour nos délicats épidermes à cette heure de la journée. En plus la bâtisse a une histoire: le futur Henri IV y a logé et y a connu une vie amoureuse. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

La maison date du XIVe siècle.

La pitance proposée est, ma foi, fort appétissante! Copieuses assiettes et contenus à la hauteur de l’apparence. Bravo aubergiste! 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Trop copieux! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rassasiés plus que de raison, nous faisons un tour de ville, car Eymet est la seule bastide protégée par un château fort dont la tour subsiste, et en plus, à défaut d’une petite sieste, une petite marche est la bienvenue. 

Le château date du XIIIe siècle, c’est-à-dire qu’il a été construit avant la bastide. En 1377, les troupes de Bertrand Du Guesclin prennent le château aux Anglais. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Cette ville est extrêmement sympathique. Preuve que le temps efface les amertumes: bien qu’ayant été boutés dehors il y a sept siècles, les anglais sont de retour! 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Le logis date du XIXe. L’ensemble est inscrit aux titres des Monuments Historiques. 

Avant de reprendre la route, nos copilotes tentent un rechargement énergétique par les arbres. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Dernier monument visité à Eymet, l’église Notre-Dame, construite en 1877 dans un style néo-gothique. Le néo-gothique utilise des matériaux comme le béton moulé et le béton armé. Les contreforts n’ont plus de justification technique. Leur seul objet est de rappeler les méthodes du Moyen-Age.  

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Nous repartons en direction de Condom que le Rallye Hotchkiss n’a pas programmé de visiter. Nous n’y passerons pas beaucoup de temps, et seule la cathédrale Saint-Pierre fera l’objet d’une visite. Sans rentrer dans des considérations techniques bien loin de mes compétences, je suis frappé par la différence d’aspect entre l’extérieur, massif, et l’intérieur, d’une finesse remarquable. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

A l’arrière de la nef est accolé un cloitre. Les deux côtés présentent donc une architecture fort différente. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Plan d’ensemble de la cathédrale Saint-Pierre de Condom. 

Comme vous pouvez le constater, l’intérieur donne une impression de ciselage qui éclaire l’ensemble d’une luminosité insoupçonnée de l’extérieur.   

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Même du côté du cloître, l’ensemble donne une impression de force. Les gens vous donnent une idée de la hauteur des voûtes du cloître. 

Le matin, il nous restait moins de 300 kilomètres à parcourir pour arriver à Nogaro. Les voitures fonctionnent bien; il fait beau. A notre arrivée, la plupart des participants sont déjà installés. Certains sont venus avec un plateau, d’autres en modernes, mais ce sont trente-six équipages qui ont répondu présent en Hotchkiss. Cela peut sembler peu, mais quand il faut stationner c’est déjà beaucoup. 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Je retiens de ces deux jours 732 kilomètres d’échauffement sans ennuis majeurs et parsemés de belles visites. 

Le mot de Chamousette: Je confirme. Jolie promenade. Je savais bien que je pouvais le faire! Mon seul regret est de ne pas pouvoir goûter à la gastronomie locale. 

 

Une Hotchkiss Gascogne sur la route des mousquetaires

Automobile ancienne à votre service

 

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

75 ème anniversaire libération à Lanhélin

Non je ne suis pas opportuniste. C’est juste une coïncidence de lieu et de date. Vous connaissez mes origines bretonnes. A l’occasion de séjours en famille, j’essaye de visiter les rassemblements du pays d’Armor (la Bretagne côtière) ou d’Argoat (la Bretagne de l’intérieur). Si je suis tombé sur une commémoration avant l’heure des soixante-quinze ans du débarquement, c’est par hasard. 

Et en ce début mai, mon objectif était double: rendre visite à de nouveaux membres du club Hotchkiss et en profiter pour voir l’interprétation d’un camp militaire version caramel au beurre salé!

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

75 ème anniversaire libération à Lanhélin

Peu d’entre vous ont entendu parler du village de Lanhélin. Je vous comprends car ce n’est pas un endroit où l’on vient par hasard. Ce village d’un peu plus de mille habitants est situé en Ile-et-Vilaine, à l’est de Dinan.

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

75 ème anniversaire libération à Lanhélin

Il se trouve que mon « rendez-vous Hotchkiss » habite à quelques jets de pierres du camp et y exposait un de ses véhicules. Un peu en avance sur l’horaire, je décide de me laisser guider aussi par mon instinct et pas uniquement par le GPS.

Excellente idée qui m’amène sur la commune du Tronchet, ou je découvre l’Abbaye Notre-Dame du Tronchet. 

Cette Abbaye gothique est créée aux XVIII et XIVe siècles par les moines bénédictins, à l’emplacement de l’hôstellerie. En 1642-1679, les moines de la congrégation de Saint Maur (disciple de Saint Benoit), en bâtissent une nouvelle. Ces moines étaient réputés érudits. 

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

75 ème anniversaire libération à Lanhélin

Lors de l’épidémie de peste vers 1630 -1640, le cloître est transformé en cimetière. 

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

A peine masquée sur la photo par les buissons en bas à droite, la petite porte était « la porte aux pauvres ». 

C’est en 1826, après que la Révolution en ait fait un bien national, que les Tronchétois rachètent le bâtiment et l’église devient paroissiale. Fait amusant, son premier supérieur sera l’Abbé Capéran, précepteur de François-René de Chateaubriand (1768-1848). 

L’intérieur de l’église est sobre. Le maître autel est entouré de deux petits autels. 

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

75 ème anniversaire libération à Lanhélin

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

La mer n’est pas loin et le voilier suspendu rappelle à quel point la Bretagne est un pays de marins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le parc situé derrière l’église était autrefois ceint de murs.  

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

75 ème anniversaire libération à Lanhélin

Revenons à Lanhélin et à son camp militaire. L’initiative en revient à une association malouine:

329 th Buckshot.

 Si vous allez sur le site internet de l’association, on vous explique l’origine de ce nom: « Le 329th Infantry Regiment de la 83rd Infantry Division a participé à la libération de la région de Saint-Malo en août 1944. Nous avons choisi de représenter cette unité pour son histoire et ses faits d’armes et plus particulièrement l’Antitank Mine platoon, Antitank Company, 329th Infantry Regiment. Cette unité a laissé des traces indélébiles dans la cité malouine, les canons de 57mm de cette compagnie ont tiré sur les cloches blindées de la cité d’Alet. Son capitaine a été décoré d’une Bronze Star pour sa conduite irréprochable lors du siège de Saint-Malo. A l’époque, un malouin, Raymond Peyrussel, a rejoint pendant quelques mois cette compagnie, et c’est aussi pour lui rendre hommage que nous avons choisi de représenter cette unité. »

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

75 ème anniversaire libération à Lanhélin

Dans un paisible environnement herbeux les différents matériels ont pris possession du terrain.  

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

Jeep. 

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

Ambulance et parachute

Harley Davidson en tenue de combat. 

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

75 ème anniversaire libération à Lanhélin

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

C’est avec des cartes à cette échelle que les allemands se perdaient en Bretagne, surtout que les bretons inversaient les panneaux aux carrefours. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette Citroën Traction 11BL est affublée d’une calandre ET (Emile Tonnelline). Les plus cinéphiles d’entre vous se souviennent peut-être du film « Le jour le plus long ». John Wayne y joue le rôle du Lieutenant Colonel Benjamin Vandervoort qui, s’étant cassé la jambe, s’est fabriqué une attelle en attendant d’être plâtré. Une photo d’archives montre ce Colonel monter dans une traction identique à celle ci-dessous. 

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

Les pare-chocs sont différents de ceux de la photo que le propriétaire affiche derrière le pare-brise.

Et voici le véhicule de Jean-Yves. Collectionneur éclectique, c’est avec cet utilitaire Citroën T23 bien dans l’époque qu’il est venu ajouter sa touche personnelle aux engins militaires de ses copains de club. 

75 ième anniversaire libération à Lanhélin

Même le vélo « jeté » dans la benne au milieu des sacs en toile illustre l’époque.

Exposition et camp militaire sympathiques dans une ambiance conviviale et par beau temps. 

75 ème anniversaire libération à Lanhélin

Automobile ancienne à votre service

 

 

 

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Rendez-vous mensuel Montargis mai 2019

Dans le secteur du Loiret, chaque dimanche offre un rendez-vous. Le troisième dimanche, c’est Montargis, Place de la République. 

On y trouve le plus souvent les mêmes collectionneurs et les mêmes voitures. Cette fois, c’est l’OSI 20 MTS qui a reçu un bon de sortie. 

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Rendez-vous mensuel Montargis mai 2019

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Serait-ce que la Renault 4CV soit fâchée au point de nous montrer ses fesses ? Pourtant, si 2×2 font toujours 4, nous sommes à égalité de cylindres. 

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Datsun de 1978: Ne vous fiez pas aux apparences de berline sage. On trouve quand même un six cylindres en ligne sous le capot. Il faut quand même être hardi pour oser appeler un modèle Laurel!

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Pour tromper l’ennemi, sans doutes, la mafia italienne s’habille parfois en une autre couleur que le rouge, mais leur côté grégaire les trahit…

Quelques américaines et en particulier deux Mustang. Si elles sont toutes les deux de la même année, la verte n’est plus du tout dans sa configuration d’origine. On aime ou pas, mais cette voiture a été totalement transformée. 

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Roulant jadis en Alfa Roméo, le propriétaire de la Mustang du milieu s’est converti aux américaines. 

Le train avant, le châssis et le moteur ont été revus. Vous avez sous les yeux un monstre! 

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Assurément du bel ouvrage. 

Le mois de mai n’est déjà plus le mois des dégommages, mais des sorties club. Et c’est avec surprise, mais non sans plaisir, que nous voyons arriver une cohorte de voitures jusque là inconnues dans le Gâtinais. Et pour cause, c’est sur leur route vers Lorris, avec au programme déjeuner et visite du musée de la Résistance, que nos amis du club de Fontainebleau  apparaissent en file indienne. 

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

L’une des deux DS arbore sur son pare-brise une carte de visite « Club de la survie de la DS ». Appellation peut-être un tantinet dramatique. 

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Daimler V8 250 automatique

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Citroen Traction, Porche 356 1600cc et Simca 1301.

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Citroën Tractions. Deux versions. Exercez vous au jeu des 10 erreurs. 

Cette MGA appartient à un membre du club Hotchkiss. Ils étaient deux. Le monde est petit. 

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Rendez-vous mensuel Montargis mai 2019

Si vous ne connaissez pas cette auto, mais que vous lisez LVA, alors vous connaissez son propriétaire: Bruno Leroux. Le 8 de la calandre ne reflète pas le nombre de cylindres; le moteur n’en possède que 6. 

C’est une Chrysler de 1933, Victoria.  

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Rendez-vous mensuel Montargis mai 2019. 

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Rendez-vous mensuel Montargis mai 2019. Le style est très typé des avant guerre. C’est une voiture peu commune.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous l’oeil ravi de Dominique Viginier, nos Bellifontains reprennent la route, et laissent la place bien vide.  Merci de cette visite.  Revenez quand vous voulez. 

Rendez vous mensuel Montargis mai 2019

Austin Healey 3000. 

Jolie matinée. Cette halte sur les terres des autres clubs de la région fut vivifiante.

Automobile ancienne à votre service

 

Portes ouvertes Auto Légende Manufacture

Portes ouvertes Auto Légende Manufacture

Fréderic Colin, fondateur d’Auto Légende Manufacture et passionné de voitures de collection, proposait une journée porte ouverte le samedi vingt-cinq Mai dans les locaux du garage, à Villemandeur.

Portes ouvertes Auto Légende Manufacture

Le parking était plein en ce samedi matin. Les clubs du coin étaient cordialement invités. 

L’activité du garage est triple:

  • Un garage d’entretien et de réparation des voitures anciennes. Hervé, l’homme de l’art, a une expérience de mécanique en compétition.
  • La vente de voitures, la plupart du temps anciennes. 
  • Une boutique de vêtements et d’accessoires directement liée au monde de l’automobile et qui commercialise, entre autres, la marque Linea di Corsa.
Portes ouvertes Auto Légende Manufacture

Cette Lotus Elan a été préparée par l’équipe du garage.

Cette Lancia est en travaux. 

Portes ouvertes Auto Légende Manufacture

Ces petites Lancia ont le vent en poupe. 

Parmi les voitures qui cherchent acquéreur, cette BMW 520 E12 de 1974 est offerte à la vente au prix de 3800€. Ce n’est pas la plus rutilante, mais nous sommes sur un petit prix. Une Renault 16 et une jolie Renault 8 sont aussi disponibles.

Portes ouvertes Auto Légende Manufacture

Portes ouvertes Auto Légende Manufacture

Le premier métier de Fréderic est assureur. Plusieurs fois par an, un expert est invité pour réaliser une expertise de vos voitures. La disponibilité d’un pont permet d’inspecter entièrement les voitures. Pour avoir fait expertiser mon OSI une fois précédente, je confirme le sérieux de l’expertise.   

La bonne idée aura été de coupler la journée portes ouvertes et la présence de l’expert.

Portes ouvertes Auto Légende Manufacture

L’expert, à un prix négocié, a traité treize voitures tout au long de la journée. 

Une des dernières voitures en entretien: 

Portes ouvertes Auto Légende Manufacture

Portes ouvertes Auto Légende Manufacture

 

Le garage est ouvert le samedi, et le café d’accueil n’est jamais loin. 

Automobile ancienne à votre service