à votre service
Osi Hotchkiss 2 CV

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Combien d’entre vous ont-ils visité un musée de véhicules automobile? Sûrement un certain nombre. Mais combien d’entre vous ont-ils visité une usine d’assemblage de moteurs? Vraisemblablement beaucoup moins. 

3Avs vous propose de faire les deux, dans un des endroits mythiques de l’industrie lyonnaise: l’usine de Renault Truck, anciennement Renault Véhicules Industriels. Ne croyez pas que je succombe à la mode des camions. C’est un séminaire dans les locaux de cette immense usine, devant laquelle je passais pour aller dans le centre de Lyon à l’époque ou je travaillais dans la périphérie de l’ancienne capitale des Gaules, qui m’a donné l’occasion de revenir sur un des pionniers de l’automobile et du camion, à savoir Berliet. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux: de belles maquettes dont, à la couleur prêt, le 700 exposé à Rétromobile 2019.

Il y a deux zones d’exposition: l’une est dans les bâtiments d’assemblage des moteurs, l’autre est un hall d’exposition des modèles actuellement commercialisés. Sa fonction est certainement de recevoir les clients. Une immense photo panoramique met en valeur deux camions de la marque, dans un environnement naturel remarquable.

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux. La bulle est de moi pour donner un peu d’originalité. 

Aujourd’hui propriété de Volvo Trucks,  l’entreprise Berliet produira au début de son existence des voitures. Marius Berliet disait:

« Je n’ai jamais travaillé pour de l’argent, j’ai voulu faire une grande œuvre »

La première voiture Berliet est celle de la photo ci-après. Elle est surnommée « la Pantoufle ». 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

La voiture que vous découvrez ci-dessous est la deuxième construite. Elle date de 1897. Construite à onze exemplaires, elle dispose d’un moteur à la cylindrée élevée pour l’époque (1,9 litres). Sans doute le relief vallonné, voire escarpé, de la région lyonnaise y est-il pour quelque chose, puisque toutes les marques lyonnaises avaient des caractéristiques similaires.  

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Le moteur est un bicylindres à plat refroidis par air. L’allumage est à incandescence. Deux vitesses. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Pneumatiques Michelin, bien sûr!

Plus de 25 ans se sont écoulés entre la Pantoufle et cette Torpedo type VI de 1923. C’est une sept chevaux de quatre cylindres. Paradoxalement, la cylindrée est passée à 1,2 litres. Malgré la faible puissance, la boîte 4 vitesses en faisait, dit-on, une voiture agréable à conduire. Cet exemplaire est en parfait état. Pour preuve, il a parcouru, sans incidents, 3000 km en 1984 lors du Tour de France des Grand-Mères. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Une réputation de voiture « presque » increvable. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Sobre et fonctionnel. Notez la conduite à droite. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Ici pas d’électronique. Tout est manuel. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Réglage manuel de l’avance à l’allumage. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au delà des véhicules exposés, la salle fait aussi la part belle aux photos et autres souvenirs de l’ancien temps. Vous avez sans doute reconnu l’homme qui est à gauche de la photo. Il s’agit du président Fidel Castro, lors d’une visite de Paul Berliet (au milieu) à Cuba en 1970. Il y conclut des conventions d’industrialisation, d’assistance et de formation.

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Paul Berliet est le fils du fondateur, Marius Berliet. Il dirigera l’entreprise pendant de longues années et est celui qui a créé la Fondation de l’Automobile Marius Berliet.

Le système est ingénieux; vous avez devant vous le vestiaire suspendu de la fonderie!

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Nous sommes ici en 1920. Marius Berliet fête le millième CBA. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Et justement, il y a un CBAC de 1926 exposé. Le CBAC est le successeur du CBA. Le moteur cube 5,3 litres. Ce sont pas moins de 40 000 exemplaires des différentes évolutions du CBA qui seront construits. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

La benne est une benne basculante à câbles Marrel.  Elle contient cinq m3. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Transmission par chaîne. 

Ce CBA de 1913 était destiné au transport de troupes. Sur les 45 000 construits, 25 000 seront livrés à l’armée française. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Conduite à droite et poste de pilotage rustique et peu protégé. 

Le Berliet T 700 a été très récemment mis à l’honneur lors du Rétromobile 2019. 700 CV. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

On se sent tout petit! 

Passons maintenant à la partie production. L’usine de Vénissieux assemble des moteurs dont les pièces viennent d’un peu partout. Il n’y a rien de révolutionnaire pour qui connait les usines automobiles, mais il est toujours surprenant de voir qu’à la fin de la ligne de production le moteur fonctionne.

L’usine produit des moteurs de cinq, huit, neuf et onze litres, à une cadence de 250 blocs par jour, en deux équipes.  

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Au final les arbres à cames que l’on aperçoit au fond seront assemblés.  

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Les moteurs sont transportés par des AGV (Automatic Guided Vehicles) filoguidés. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La ligne de production est classiquement en forme d’arêtes de poissons: de part et d’autre de la ligne, les allées de préparation des composants. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Au moment de notre passage, les opérateurs étaient en pause. Cela explique l’absence de personnel, que nous n’avions par ailleurs pas le droit de photographier. 

Les moteurs, une fois terminés, sont tous testés. Ils ne seront peints qu’après. Eh oui, ils sont peints une fois assemblés! 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Les moteurs que vous voyez attendent que la place se libère derrière les portes bleues. Sachez que, par conception, tous ces moteurs sont prévus réaliser un million de kilomètres. Ici, on produit du matériel pour professionnels et l’exigence qualité est à la hauteur des enjeux économiques d’une panne. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Si le modèle suivant date de 1973, le L64 a été lancé en 1962. C’est un 8 RA 4X4 (quatre roues motrices). Ce camion a été sélectionné par Citroën pour l’assistance d’un rallye de 2cv sur un « raid Afrique » allant d’Abidjan à Tunis. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Une fois passé dans le hall des camions de la gamme actuelle, on mesure le chemin parcouru en presque un siècle. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Et puis, pour finir, je vous présente un prototype: le Radiance. Il n’y a pas que les constructeurs d’automobiles qui conçoivent des prototypes. L’idée de ce « concept truck » est de s’affranchir des contraintes industrielles pour explorer toutes les pistes créatives possibles. Les larges prises d’air sont destinées à mieux refroidir le moteur. Les caméras montées sur des supports aérodynamiques procurent une visibilité optimale. Les marches d’accès à la cabine sont escamotables. La surface vitrée est augmentée pour une meilleure visibilité. 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Ce « Dream Truck » est trop bas pour pouvoir rouler sur route ouverte. 

Belle découverte que ce petit musée confidentiel. Une exclusivité 3Avs! 

De Berliet à nos jours à Vénissieux

Automobile ancienne à votre service

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *