à votre service
Osi Hotchkiss 2 CV

Archives mensuelles : décembre 2018

Musée de L’Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre, Rochetaillée-sur-Saône. 

 Henri Malartre travaillait dans la démolition automobile. C’est en conservant certains modèles destinés à la casse que sa collection débute dans les années 1930. 

Cachée en Isère pendant la guerre, la collection est protégée. Henri Malartre, lui, rentrera en résistance, sera capturé et torturé, mais survivra.. 

Après la libération il continue à développer sa collection et en expose une partie dans les locaux de son entreprise. 

Face au succès, avec l’aide du maire de Lyon de l’époque, Louis Pradel, l’idée d’un Musée nait et devient réalité à Rochetaillée-sur-Saône, dans le château. On y retrouve de nombreux exemplaires de constructeurs lyonnais.

Comme son nom l’indique, Rochetaillée-sur-Saône est située en bord de Saône, à 12 kilomètres au nord de Lyon.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Petite ville de 1500 habitants environ

Des hauteurs du château, on profite d’un fort joli panorama sur les Monts d’Or, dont le point culminant est le mont Verdun (626 mètres).  

Musée de L'Automobile Henri Malartre

La petite excroissance tout en haut au milieu est le radar de surveillance aérienne. 

Autant vous le dire tout de suite, ce musée est très spécial. Ce ne sont pas les pièces de collection qui le rendent si particulier, mais le cadre. Ce n’est pas le premier château à offrir aux visiteurs une collection d’automobiles ou de motos, mais c’est le seul dont les salles d’exposition sont totalement inadaptées à l’accueil de pièces encombrantes.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Sa construction remonte aux premiers temps féodaux. Incendié en 1562, le château est reconstruit au XVIIe siècle.

Le musée Henri Malartre est en effet le seul musée à avoir pris place dans les salles d’un château, et ceci quel que soit l’étage.

Tous les véhicules, que ce soit l’échantillon que je vous propose ici ou ceux que vous ne verrez pas dans ce reportage, ont du être démontés puis remontés sur place, car les accès aux étages rendent impossible les manutentions. Jugez plutôt par vous même! Ne rêvez pas, il n’y a aucun monte-charge. Tout a été transporté par les escaliers, mais en pièces, façon puzzle. 

Cette Hugot de 1897 carrosserie « Petit Duc » a été réalisée en osier. Ces voitures étaient vendues en Grande-Bretagne  sous le nom romantique de « Paris ». Les premières Hugot furent de petites voiturettes équipées d’un moteur De Dion de 2,25 CV et d’une boîte à 2 vitesses.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Le moteur est un petit mono cylindre de 3,5 CV. Attention, l’osier ne résiste pas très bien à la pluie et est très inflammable.  

On ne trouve que des véhicules très anciens, voitures, motos ou vélos. Dans le classement par période, le château ne propose que des ancêtres, comme ce tricycle De Dion Bouton de 1900.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Construit pendant 10 dans, ce mono-cylindre bénéficie d’une transmission directe. Le carburateur est à léchage, c’est à dire qu’il est composé d’un réservoir d’essence dans lequel pénètre un tube destiné à renouveler l’air aspiré par le moteur. Le mélange air / essence est donc assuré par l’évaporation de cette dernière. L’allumage fonctionne par rupteur.

De nombreuse salles sont consacrées aux vélos de tous types. Une très belle collection.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Tricycle Coste 1909, type sociable car les places sont côte à côte. Cette architecture est forcément plus conviviale. Elle me rappelle celle des femmes enceintes qui nagent de concert à la piscine !

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Tricycle de type SALVO, dénomination donnée aux tricycles équipés de deux grandes roues motrices à l’arrière et d’une petite roue directrice à l’avant. Le pédalage se fait par vilebrequin .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce musée est remarquable par les pièces uniques ou atypiques que l’on peut y découvrir. Je prends comme exemple cette bicyclette  » La Souplette » de 1895. Le cadre est en bois. Seule la fourche est en métal et les assemblages sont réalisés par ferrure.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Les jantes sont également en bois.

Au dernier étage, de nombreuses motos. Des marques connues, mais des modèles rarement vus en dehors de ce musée. Follis est une marque bien connue des cyclotouristes. Avec quelques autres, ce nom était synonyme de grands couturiers du cycle, et notamment réputé pour ses tandem. A l’époque où le vélo était mon unique, ou presque, centre d’intérêt, Follis faisait partie des choix potentiels pour un vélo sur mesure. Mon choix se dirigea vers un autre artisan lyonnais beaucoup moins connu et beaucoup moins cher. 

Follis a fermé en 2007. La maison existait depuis 1903.

Ce que j’ignorais, c’est que le logo Follis figurait aussi sur des cyclomoteurs. Ce seront d’ailleurs les derniers cyclomoteurs construits à Lyon. La publicité de l’époque indiquait que c’était le « sommet de la qualité ».

Bien que ce ne soit pas précisé sur le panneau indicatif, je pense que nous avons sous les yeux un C102. Par rapport au C101, le C102 est équipé de suspensions arrières et d’une fourche télescopique. Le moteur est un Lavalette multimatic de 50 cc. Pour les passionnés du moteur Lavalette, rendez vous sur le site qui lui est dédié.

 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Moteur deux temps bien entendu, avec un pourcentage d’huile variant de 10% pendant le rodage à 7 ou 8% par la suite.

Georges Monneret, surnommé « Jojo la moto », a consacré toute sa vie à la moto. En quarante-cinq ans de courses (1926 à 1971), il a accumulé 183 records du Monde, 19 titres de Champion de France et 499 victoires. Cette très riche et longue carrière lui valent d’avoir une salle d’exposition de motos à son nom: celle des motos des années trente.

Cette F.N (Fabrique Nationale) est un exemple de la technologie Belge, en 1921. C’est un quatre cylindres de 748 cc à soupapes latérales et allumage par magnéto. La transmission par arbre et pignon conique a fait la réputation de cette marque.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

La commande de boîte de vitesse (2 vitesses) se situe sur le côté du réservoir, sous le bec de selle. La vitesse annoncée est de 80 km/h.

Dix années plus tôt René Gillet proposait ce bicylindres en V de 750 cc également. C’est un bloc quatre temps qui développe 10 cv à 2000 tours. Les cylindres sont borgnes et les soupapes d’admission automatiques. Comme l’indique la grande poulie située à l’arrière gauche de la machine, la transmission est par courroie directe. Si l’histoire de cette marque française vous intéresse, je vous conseille le site de la marque.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Suspension avant par lames.

Avant de revenir sur nos ancêtres à quatre roues, je vous propose un arrêt sur un drôle d’engin de la salle des énergies: c’est un Secretand de 1890, modèle unique au monde, premier prix à l’exposition industrielle de Bourg-en-Bresse.

C’est en réalité un break mu par la vapeur.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

Edouard Rochet est mécanicien. Théodore Schneider est mécène. Associés, ils seront à l’origine d’une marque importante de l’industrie automobile lyonnaise, Rochet-Schneider, parfois surnommée la « Rolls Lyonnaise ».

Fondée en 1892, l’entreprise produira des automobiles jusqu’en 1932, et des autobus et des poids lourds  jusqu’en 1950.

C’est Berliet, autre société lyonnaise, qui rachète l’entreprise.    

Ce vis à vis quatre places à parasol date de 1898. Non seulement c’est un modèle unique au monde, mais c’est la première voiture acquise par Henri Malatre  en 1931. Le moteur arrière est un monocylindre à bielle apparente. Transmission par courroie et chaine.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Amusant: le frein anti recul par béquille qui se pique dans le sol.

Comme son nom l’indique, la salle « des premiers progrès » met en avant les améliorations obtenues à partir de 1895. Les pneumatiques Michelin, les moteurs à rotation rapide (> 1000 tours minutes) et les méthodes de production aux cadences industrielles. L’aperçu place à l’honneur Renault, De Dion et Peugeot (en bleu à gauche). 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Cette Renault date de 1900 est un tonneau 4 places à moteur De Dion Bouton. La direction est à crémaillère.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

La même année, De Dion proposait ce coupé docteur. La vitesse annoncée est de 28 km/h.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la salle d’invitation au voyage , cette Corre de 1904 présente une particularité intéressante. Ce n’est pas son moteur Aster ni les deux radiateurs latéraux de refroidissement qui rendent cet exemplaire unique au monde, mais ce sont ses roues.

 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

La voiture est en effet équipée de roues élastiques Beaujeu. Les premiers pneumatiques étaient considérés comme dangereux car, lorsqu’ils éclataient, ils occasionnaient des accidents. La guerre était lancée entre les pneumaticiens et les fabricants de roues.  

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Le bandage est plein. Les anneaux sont en métal.

Comme vous pouvez le lire sur cette affiche proposée à la vente chez Camard en mai 2012, le combat commercial était sans pitié! Avouez qu’avoir pour adresse « rue de la Pompe » est un trait d’humour pour une entreprise qui concurrençait le pneumatique gonflable!  L’affiche estimée entre 250 et 300€ ne sera pas vendue ce jour là.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

Ceux qui consultent régulièrement le site ont déjà entendu parler du grand prix de l’ACF de 1906. Il y a deux ans, un rallye commémorateur des 110 ans de cette épreuve avait été organisé au départ du Mans, avec un reportage à la clé.

Ce tableau est accroché en bonne place dans la salle d’invitation au voyage.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Renault gagne devant Mercedes. 38 voitures étaient au départ.

Autre modèle unique au monde: une Noël Benet de 1900 construite à Offranville (FR76). Le monocylindre De Dion Bouton est ici placé transversalement. C’est la première voiture à traction avant.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Le frein avant est sur le différentiel.

Point de musée sur les ancêtres sans Darracq! Celle-ci date de 1899. C’est un quadricycle Perfecta N° 2 type « Touriste ». Perfecta était une marque construite dans les atelier de Darracq & co.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

Musée de L'Automobile Henri Malartre

J’adore cette selle!  Le démarrage se faisait par pédalage, d’où sans doute cette vague ressemblance avec une selle de vélo.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Le moteur est un monocylindre Aster de 450 cc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’aurais pu vous parler de Luc Court, ou de Teste et Moret, ou bien de Cottereau, par exemple. J’ai fait des choix, mais l’idée est de vous donner envie de visiter ce lieu extraordinaire des premières années de l’automobile et des motocyclettes.

Pour conclure cet échantillon des véhicules exposés, je vous présente une Rochet Frères. C’est à nouveau une voiturette unique au monde. Elle date de 1898 et le moteur est encore un De Dion Bouton. Fabrication à Lyon.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

Le musée ne se limite pas au château, car il y a au fond du jardin un grand bâtiment, cette fois-ci de plain-pied, qui renferme des véhicules plus récents.

Ici encore, sauf à faire un catalogue ennuyeux, tant pour l’auteur que les lecteurs, j’ai opté pour une sélection purement subjective. Bien que placée dans un coin, cette Lorraine Dietrich est resplendissante.

J’ai omis de vous dire que ces voitures sont entretenues et restaurées par un mécanicien à temps plein dont le talent n’a d’égal que l’amplitude des connaissances nécessaires pour passer de la moto à l’auto et de l’ancêtre aux exemplaires plus récents. Un grand coup de chapeau.

 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

Pour en revenir à ce fort joli torpédo sport Le Mans des années 1925-1927, ce qui la rend particulière, c’est sa figuration au cinéma, dans le tournage et l’affiche de Borsalino

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

Sizaire Berwick. Voila un nom d’automobile à la double consonance. Maurice Sizaire voit le jour dans le premier arrondissement de Paris. Frederick William Berwick est concessionnaire automobile à Londres.

L’association des deux produit à Courbevoie des voitures de luxe surnommées les Rolls des pauvres (ressemblance de radiateur). Le modèle exposé est un type SD produit entre 1920 et 1927. Sur cet exemplaire, la carrosserie transformable est signée Saoutchik.  

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Sizaire Berwick 1927

Au détour des allées on trouve des engins hors du commun!

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Qui a reconnu, dans cette magnifique carrosserie inspirée par le bateau, une Fiat 509 S de 1926? Vous observerez les gardes-boue en forme d’ailes de papillon. Fiat était le seul constructeur à proposer des carrosseries de ce type en série. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Connaissez-vous la marque Bedelia? C’est un mélange de moto et de cyclecar. Je trouve très surprenante la position tandem, avec le pilote à l’arrière! Aussi étonnant que cela puisse paraître, ces engins participeront à des courses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes à Lyon, et la prochaine voiture est une Berliet, modèle C2 1908, double phaéton.

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

« De la belle mécanique, de l’allure et du confort », tel était le slogan de la marque « La Buire », autre société lyonnaise. L’entreprise, créée en 1847, produisait du matériel ferroviaire. A partir de 1889 La Buire va évoluer vers les tricycles à vapeur en utilisant la vaporisation instantanée inventée par Léon Serpollet. Au delà des places ou rues qui portent le nom de Serpollet, cette famille a été à l’origine du perfectionnement ultime des machines à vapeur.

« En avril 1901, au cours de la 1ère coupe Rothschild, course au kilomètre lancé, coureur à Nice, Léon Serpollet atteignit pour la première fois la vitesse de 100km/h sur un km. Le 13 avril 1902, lors de la 2ème coupe, courue sur la Promenade des Anglais, Léon Serpollet dépassa sa propre performance : pour la première fois, au milieu de l’enthousiasme général, il couvrit le kilomètre en dépassant les 120km/h. Si vous souhaitez en savoir plus sur la famille Serpollet, je vous recommande le site suivant.

Le moteur à explosion devient rapidement l’unique moyen de propulsion des automobiles, et la vapeur disparait.

Pour revenir à La Buire, la firme commercialise ses automobiles à pétrole de 1904 à 1928. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Modèle course à deux places de 1905. Moteur 4 cylindres à transmission par chaine. 

Cette voiturette phaéton ressemble un peu à la précédente, sauf que c’est un monocylindre. Elle date de 1908. C’est une Thieulin. construite à Besançon. La marque ne va durer que deux ans. Les spécialistes pensent que par la suite c’est le grand auto-garage des Chaprais qui a prolongé l’activité de la famille. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Exemplaire unique. 

Petit tir groupé avec ces jolis exemplaires du savoir faire Lyonnais de l’époque. A droite une torpedo Rochet Schneider de 1923, dont vous noterez le double parebrise qui protège les passagers. 

Au milieu une très rare Jean Gras dont la production durant deux ans (1925-1927) sera on ne peut plus éphémère. La particularité de cette voiture est d’avoir fait partie des avant-gardistes équipées de freins sur les roues avant. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

La troisième est une Luc Court, H4S2 de 1928. Vous avez déjà entendu parler de cette marque Lyonnaise, car il y a dans le Loiret, à La Ferté-Saint-Aubin, dans le musée de Gérard Veignal, un modèle HP 1830 de 1923.  Relire le reportage sur la sortie du CAMP en juillet 2018

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

J’ai gardé le meilleur pour la fin avec cet engin incongru: le monoplace. Il a fait l’objet d’un essai par le journaliste Didier Ganneau dans Moto Journal n° 870.  Cela ressemble à une moto sans vraiment en être une. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre. Les pneumatiques carrés s’apparentent plus à ceux d’une voiture que d’une moto. 

Le mode d’emploi de Didier Ganneau s’articule en six leçons, dont voici des extraits hilarants:

  1. Prenez l’air dégagé…Kickez négligemment à droite après avoir titillé le carbu et trifouillé l’avance à l’allumage sous le siège du passager. Ouvrez la porte à gauche et refermez la d’un geste naturel sans plus d’émotion.
  2. Débrayez, pédale de gauche, enclanchez la première, levier à droite, desserrez le frein à main, petit levier de droite, embrayez pédale du milieu… ne paraissez pas effarouché par le flou dans la direction, la fourche a du jeu…
  3. Ne cherchez pas à redresser la machine à grands coups de reins, la masse du navire, ainsi que la banquette bien plate et bien glissante vouent à l’échec ce genre de tentative. Essayez plutôt de faire monter l’engin sur ses deux roues au moyen du volant, et surtout en prenant de la vitesse… à 10 ou 15 km/h la machine devrait se redresser d’elle-même…
  4. Vous conduisez maintenant une moto, braquage à gauche pour virage à droite. Justement un virage approche. Catastrophe: la roulette intérieure se pose. L’engin retrouve automatiquement un comportement d’automobile. Plus vous tentez de balancer pour prendre ce foutu virage, plus le monstre prend la tangente. Surtout pas de panique, acceptez la situation, freinez, pédale de droite, prenez ce satané virage au pas et sur trois roues…
  5. Roulez et savourez, bras à la portière, les mines interrogatives et vaguement inquiètes des pauvres mortels restés au bord de la route. 
  6. Arrêtez-vous en toute simplicité devant eux. Votre prestige sera encore renforcé si vous n’avez pas oublié, deux mètres auparavant, de déployer les roulettes latérales, grand levier de droite, en même temps que vous freinez, pédale de droite, que vous débrayez, pédale de gauche, et que vous repassez au point mort, levier de droite, juste avant de tirer le frein à main, petit levier de droite. 
Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

Un peu plus loin, on retrouve des formes familières, comme ce cabriolet Bugatti 4 places type 49 de 1930, parfois surnommé la petite Royale. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

8 cylindres en ligne et trois soupapes par cylindres. 

Une fois de plus la voiture suivante est unique. Mario Marsonetto, concessionnaire et carrossier, est installé à Lyon depuis 1952. Adepte des matériaux composites, il fera partie des tous derniers constructeurs Lyonnais. 

Cette GT 2+2 est son oeuvre. Le châssis est tubulaire. Le moteur et la boîte sont issus d’une Renault 16. Les 92 CV produits par le 4 cylindres 1600, permettent à la voiture de prétendre à un 200 km/h en vitesse de pointe. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Don au musée par Monsieur Marsonetto lui même.

Si la Marsonetto est homologuée pour un usage routier, la Wimille JPW grise de 1948 n’est qu’un proto. L’ensemble est animé par un moteur de traction.  Vous vous souvenez peut-être de l’exposition Rétromobile 2018 consacrée à Jean-Pierre Wimille, grand pilote français. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

« Il faudra une voiture légère et rapide avec un moteur puissant mais de faible cylindrée et surtout une structure intégrée à une carrosserie complètement aérodynamique ». Tel était le concept de base de la voiture du futur selon JP Wimille. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

En hommage, ou pas, à l’anniversaire de la Citroën 2CV, c’est guidés par un de nos emblèmes nationaux que nous pénétrons dans la dernière salle d’exposition.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S.T.E.L.A signifie Service de Traction Electrique Légère par Accumulateur. Cette voiture est électrique, comme son nom le laisse entendre. La vitesse maximum annoncée est de 70 km/h. A 45 km/h, l’autonomie est de 140 km. Le poids de 2 tonnes lui est forcément défavorable. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

La recharge est possible grâce à un groupe moteur dynamo avec tableau de commande et de contrôle en option. 

Le musée renferme aussi quelques jolis exemplaires de transports en commun comme ce funiculaire parfois appelé chemin de fer à la corde ou ficelle à Lyon. Il sera utilisé de 1900 à 1979.  Il est prévu pour une pente de 31%!

L’Hispano Suiza, coupé chauffeur par Franay de 1936, semble toute petite à côté.  C’est une K6 de 1936 carrossée par Marius Franay, carrossier de Levallois-Perret. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Ce coupé chauffeur était présent sur le stand Hispano Suiza lors du salon de l’auto de 1936. Une voiture similaire mais de 1935 est exposée à Paris, au musée des Arts et Métiers du Conservatoire National des Arts et Métiers. 

Le point commun de ces trois microcars, ou micro citadines, ou scooter carrossés, est bien entendu la taille et le nombre de roues. La bleue qui se trouve à gauche de la photo est une Messerschmitt KR 202 de 1958. Son petit 200 cm3 de 10 cv lui permet de rouler à 100 km/h. Il en sera construit 46 000. 

Celle du milieu est une Iseta Velam, conçue par les italiens de ISO Rivolta, et qui offre une très bonne visibilité et permet, un peu comme avec une Smart, de se garer face au trottoir. 

Enfin, tout à droite, nous trouvons une Inter 175 A (pour 175 cc) de la Société Nationale de Construction Aéronautique du Nord. Le moteur est un Hydral deux temps. Pour en savoir plus sur le moteur d’Anatole Lardy je vous suggère de relire le reportage réalisé à l’occasion de Moto Légende 2017

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

Rapidement, vous pouvez admirer les formes de la Marcadier de 1976, c’est-à-dire de la quatrième génération de Marcadier Barzoi (1972 – 1976). 

D’abord constructeur de cycles sous la marque CIM (Cycle Imbert et Marcadier), André Marcadier maîtrise la fabrication de cadres de vélos, puis de motos et de karting. En 1963, avec l’aide du carrossier Marcel Fournier, il dessine une barquette évoquant la Lotus 23. Cette barquette baptisée FM repose comme son inspiratrice anglaise, la Lotus Seven, sur un châssis multitubulaire en acier avec les traverses avant et arrières de la Renault 8 ainsi que les suspensions et la mécanique en position centrale arrière pour un poids de 460 kg. Ces barquettes réussiront l’exploit d’être homologuées comme des Renault 8 modifiées, avec la carte grise de la voiture donneuses d’organes !!

La version que nous avons sous les yeux diffère dans la mesure ou le châssis est un châssis poutre. Vendues en kit, ces voitures à la coque en polyester, utilisaient des moteurs Renault, de la R8 à l’Alpine en passant par la R12 ou la R16.  Le site du club Marcadier est très complet. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Juste derrière la Marcadier, une Talbot Lago T26 de 1948, puis une monoplace Gordini type 16 de 1952, puis une Cooper Climax de 1959. On aperçoit ensuite le jaune et vert d’une Lotus Seven. 

Ceci est une motrice salon de marque Manage, fabricant Belge. Elle fut offerte à Raymond Poincaré pour ses déplacements lors de l’exposition universelle de 1914, organisée à Lyon. Les lattes de bois que vous apercevez sur les côtés sont en teck. Elle n’a que très peu roulé. 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

A l’intérieur, on trouve du Lincrusta. Ce revêtement, réalisé à partir de lin et de bois, est en fait une sorte de papier gaufré dont l’invention est l’oeuvre de Frédérik Walton, dont le père avait lui-même inventé le Linoleum. Ce matériau mural à peindre était à la mode au début du vingtième siècle, mais on en trouve encore en Grande Bretagne. Sa dureté le rend quasiment indestructible dans les endroits à fort passage comme les escaliers. Un peu « old school » mais diablement solide! 

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Trois compartiments et trois styles. 

Pour finir avec ce rapide aperçu, un clin d’oeil à l’évolution de la Citroën 2cv depuis le prototype TPV de 1936 à la version post 1953, une fois le premier facelift réalisé.  

Musée de L'Automobile Henri Malartre

Musée de L’Automobile Henri Malartre

En résumé, un très joli musée rempli de pièces uniques et pour la plupart exposées dans des salles peu habituelles. 

 

Musée de L’Automobile Henri Malartre

Automobile ancienne à votre service

Rendez vous mensuel dans l’enclave des Papes

Rendez-vous mensuel dans l’Enclave des Papes

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Rassemblement du club des Anciens Véhicules de l’Enclave (84 Valréas). 

Pendant tout le 13ème siècle, les Guelfes, partisans du pape, luttent contre les Gibelins, partisans des empereurs germaniques. Les papes quittent Rome et transportent le Saint-Siège en Avignon où ils résident au cours du 14ème siècle. Avignon, devenue une cité-État après son rachat en juin 1348 par le pape Clément VI, se transforme en une opulente cité, tant du point de vue commercial qu’intellectuel.

Les papes ne cessent d’acquérir des terres d’Avignon, afin d’agrandir leur domaine et d’en tirer des revenus, et surtout d’asseoir leur pouvoir face aux Etats du Royaume.

En 1317, le Pape Jean XXII, très malade, goûte, au cours d’une étape sur le chemin d’Avignon, un vin de Valréas. « Il s’en trouve fort ragaillardi », et même, dit-on, guéri. Il en conclut que ce vin est miraculeux. Pour en disposer à sa convenance, il achète la ville au Dauphin du Viennois (équivalent assez peu courant au masculin du prénom féminin Delphine). L’Eglise héritant des biens des Templiers, Richerenches, Visan et Grillon complètent les possessions pontificales et constituent l’Enclave qui est délimitée par des bornes papales que l’on peut encore admirer à certains endroits.

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Rendez-vous mensuel dans l’Enclave des Papes

En traçant les limites définitives, l’administration pontificale s’aperçoit qu’une petite bande de terrain, appartenant au Dauphiné, sépare toujours le Comtat Venaissin de la Région de Valréas. Le Pape s’efforce  de racheter cette petite bande de terrain, mais le Roi de France s’y oppose, inquiet de l’avancée du Saint-Siège dans le Midi. Toute communication entre les deux possessions pontificales nécessite donc de franchir le territoire français.

En 1791, après la Révolution, l’Enclave des Papes, dépendant du Comtat Venaissin, appartient à la France. Par décret du 22 décembre 1789, l’Assemblée Constituante remplace les anciennes provinces de France par des départements.  Les habitants de l’Enclave, consultés par référendum sur leur souhait de rattachement, (déjà un exemple de démocratie participative!)  votent pour un rattachement au Vaucluse plutôt qu’à la Drôme, pour rester en Provence!

L’Enclave des Papes devient ainsi une véritable enclave vauclusienne en terre drômoise, unique en son genre !

Peu de gens connaissent l’existence de cette enclave. Et, je pense, encore moins ont entendu parler de Richerenches, une des acquisition du Pape Jean XXII. Et pourtant, Richerenches est la capitale de la truffe! De mi-novembre à mi-mars s’y tient le plus grand marché de truffes d’Europe. 

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Une rue est réservée aux transactions de truffes, le reste du marché est un marché provençal. 

Sur la carte affichée au début de ce reportage, vous avez pu voir non seulement les multiples cités épiscopales, mais aussi les commanderies des Templiers. 

« L’ordre du Temple était un ordre religieux et militaire international issu de la chevalerie chrétienne du Moyen-Âge. Il fut créé le 13 janvier 1129 à partir d’une milice appelée les Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon. Il œuvra pendant les XIIe et XIIIe siècles à l’accompagnement et à la protection des pèlerins pour Jérusalem dans le contexte de la guerre sainte et des croisades. Après la perte de la Terre Sainte, il fut victime de la lutte entre la papauté et la monarchie française et fut dissout par le pape le 22 mars 1312 lors d’un procès en hérésie. »

La commanderie de Richerenches débute en 1136.  En 1307, sous le Roi Philippe Le Bel et le Pape Clément V, les templiers sont arrêtés. L’ordre du temple est aboli en 1312. En 1314, le Grand Maître Jacques de Molay périt sur le bucher. A l’époque on ne rigolait pas avec les peines!

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Dès 1502, un village est construit sur les ruines de la maison templière. 

Hormis la partie du musée consacrée aux templiers, la truffe reste le fil conducteur de Richerenches, et une grande partie du musée lui est consacrée. 

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Tuber melanosporum, ou truffe noire du Périgord, se trouve uniquement dans les sols calcaires à une profondeur de 1 à 15 cm au pied d’arbres dits truffiers (chênes, noisetiers, tilleuls, charmes).

La Confrérie des Chevaliers Dignitaires et Vénérables du Diamant Noir et de la Gastronomie,  dite Confrérie de la Truffe Noire, est fondée le 27 mai 1982. Cette association, dont le siège se trouve à Richerenches, représente les différents secteurs de production de la truffe, du Sud-Est au Sud-Ouest.

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

La tenue de fête des confrères est une grande cape noire doublée de gris rappelant la couleur de la truffe, un chapeau noir en feutre et une médaille en étain. Celle-ci se porte autour du cou avec un grand ruban or à filet noir.

Dans cette enclave, la ville la plus importante est Valréas, et toutes les explications qui ont précédé avaient pour but de vous introduire la région dans laquelle je passais la fin de semaine.

Un regard sur le calendrier LVA me donne l’idée de rendre visite au club local, « Les Anciens Véhicules de l’Enclave », lors de son rendez-vous mensuel. 

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Porsche 911 SC de 1980

Le lieu du rendez-vous se situe sur le parking de la cave viticole. Dommage que nous soyons dimanche matin; si le vin de Valréas a réussi à guérir un Pape, peut-être serait-il salutaire pour mes douleurs …

Le temps est frais mais plutôt ensoleillé. En tous cas, rien à voir avec les torrents de pluie traversés pendant le voyage aller. 

Ici, tous les véhicules anciens et de prestige sont les bienvenus. En arrière plan une jolie Corvette. Devant, une BMW 2002 TI équipée pour la course. 

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

4 cylindres 1990 cc. 130 CV pour moins d’une tonne. Le 0 à 100 en moins de 10 secondes, mais voiture très sensible sous la pluie. 

Trio de MG. En bleu, une MGB GT solidaire des gilets jaunes, une TC et une MGB à peine visible.  

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Rendez-vous mensuel dans l’Enclave des Papes

Cette MG série T a attiré les regards. C’est une conduite à droite, en fort bel état de présentation. C’est un modèle TC.

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Lancée en 1945, elle était semblable à la TB d’avant-guerre; même moteur de 1,250 cm3 à soupapes en tête avec cependant une légère hausse du taux de compression à 7,4:1 donnant 54,5 cv

Pour tout dire j’hésitais entre un modèle TB et TC.  Ce n’est pas  « Qui veut gagner des millions »  mais j’ai quand même fait appel Patrick Criniere, comme si c’était un ami. Il est référent au sein du club MG. En quelques heures, la réponse est venue: c’est une TC car il n’y a que deux bandes de caoutchouc sur les marchepieds, au lieu de trois pour les TB à la caisse plus étroite (100 mm de différence). Un grand merci à Patrick pour sa rapidité.

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Le porte-bagage semble artisanal. Il existe le même en métal. 

Le tableau de bord a été modifié par l’ajout de manomètres. L’oeil avisé de Patrick a parlé!. 

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Rendez-vous mensuel dans l’Enclave des Papes

Côté françaises, cette belle Citroën 2cv de 1960 est venue de la Drôme voisine. Il n’y a plus de frontière à traverser! Ici encore la voiture a été refaite et présente très bien. 

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Rendez-vous mensuel dans l’Enclave des Papes

La Panhard PL17 est une contemporaine de la 2cv puisque produite de 1959 à 1965.  Leurs points communs ne s’arrêtent pas là puisque la Panhard est aussi motorisée par un bi-cylindre à plat refroidi par air. 

Cette voiture sera la dernière berline de la marque. Citroën, devenu propriétaire de la marque, préfèrera mettre sur le marché sa GS, au début des années 70. 

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

En 1961 une PL 17 gagne dans sa catégorie le rallye de Monte-Carlo.

A entendre son propriétaire, il vient juste d’acquérir cette GOLF GTI. C’est une série spéciale Rabbit, modèle de transition en attendant la Golf série 2, au début des années 90. 

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Rendez-vous mensuel dans l’Enclave des Papes

La voiture est très propre, et le compartiment moteur ne fait pas exception. 

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

1800 cc 

Et pour faire plaisir à notre ancien président du CAMP, un petit jeu des devinettes. Ces deux Peugeot 404 semblent identiques. Pourtant, à bien y regarder, certains détails trahissent la différence de génération.

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Rendez-vous mensuel dans l’Enclave des Papes

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Regardez les catadioptres. 

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Observez les butées de pare-chocs.

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Tableau de bord et volant diffèrent. 

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Laquelle est la plus ancienne ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour conclure, cette Chevrolet Camaro de quatrième génération, produite de 1993 à 2002. Construite au Canada. Le moteur qui équipe cette auto est le gros 5,7 litres!

Rendez vous mensuel dans l'enclave des Papes

Rendez-vous mensuel dans l’Enclave des Papes

Beaucoup de variété dans le cadre de ce rendez-vous. La région est superbe et remplie de curiosités à visiter. Et en plus le vin y est bon!

Rendez-vous mensuel dans l’Enclave des Papes

Automobile ancienne à votre service

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

Rendez-vous mensuel Montargis Novembre 2018

Peu de monde en ce troisième dimanche de Novembre. Le soleil d’hiver était pourtant présent, mais la température plutôt basse. Malgré cela certaines voitures m’étaient inconnues.

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

Peugeot 304 S, Simca 1100 TI, Austin mini et 205.

C’était la voiture d’une de mes professeurs d’anglais quand j’étais au collège. Je me souviens qu’elle en louait le côté pratique et le coffre (banquette arrière rabattable et traction avant). C’est Chrysler qui, ayant pris le contrôle de Simca en 1963, valide le projet. La voiture est présentée au salon de 1967. 

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

C’est un 1294 cc coiffé de deux carburateurs double corps qui préfigure les futurs GTI.

L’Alfa Giulia de Frédéric côtoie l’Ami 6 de Michel. Une rude bataille en perspective!

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

Sous cet angle, ne trouvez-vous pas que l’Ami 6 donne une impression de vitesse avec sa lunette arrière inclinée façon pare-brise? 

Mercedes 230 SL. Un classique.

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

Rendez-vous mensuel Montargis Novembre 2018

Toujours des américaines. Vous noterez la progression de taille. Ma pauvre Citroën 2 CV s’affiche sans complexe. 

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

Rendez-vous mensuel Montargis Novembre 2018

Distribution de flyers pour la future bourse de Lorris qui se tiendra, comme tous les ans, dans et sur le parking de la salle Blanche de Castille à Lorris (45) le dimanche 20 Janvier. 

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

Ford Taunus, Renault 10 et Renault 8. 

Peugeot 201. A quoi reconnait-on que cet exemplaire dans son jus est postérieur à 1935? A la forme de sa calandre et à son arrière en queue de castor.  Si l’on en croit la plaque d’immatriculation ce pourrait être un modèle de 1937. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter un site dédié

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

Transition entre les caisses carrées et les formes plus arrondies. 

Dans la conception de la Porsche 928, le souci de légèreté est au cœur du projet. Ainsi, les portes, les ailes avant, ainsi que le hayon moteur sont fabriqués en aluminium et non en tôle d’acier. Derrière les pare-chocs en plastique, intégrés à la forme de la carrosserie, se trouvent des profilés d’aluminium prévus pour supporter un choc jusqu’à 8 km/h.

Le moteur est un V8 refroidi par eau, dont les cylindres sont disposés avec un angle de 90° les uns par rapport aux autres. La puissance est de 240 CV. 

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

Ce modèle doit être antérieur à 1982, date à partir de laquelle un aileron arrière est ajouté. Par contre les roues sont celles montées sur les S. 

Restons dans la légèreté (à tous points de vue) avec cette 2 CV camionnette Simpson, déjà croisée lors de rassemblements locaux.    

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

Homer, Marge, Bart, Lisa et Maggie.

Ce qui est dommage, c’est de se faire remarquer en Jaguar type E 4,2 litres dont la boite de vitesse est soit mal réglée, soit défaillante, quand on est soi-même propriétaire d’un garage pour anciennes. 

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

Dans le midi, ils disent que « ca marque mal » de ne pas pouvoir correctement faire marche arrière!

Quelques motos comme ce triporteur Peugeot. 

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

Rendez-vous mensuel Montargis Novembre 2018

Vous avez devant les yeux une Magna Debon, dont le propriétaire nous indique qu’elle est comme une Terrot GIB. Le propriétaire la possède depuis 56 ans. La restauration date de 2008. 

Rendez vous mensuel Montargis novembre 2018

Rendez-vous mensuel Montargis Novembre 2018

 

Rendez-vous mensuel Montargis Novembre 2018

Automobile ancienne à votre service

 

Une OSI 20 MTS à Epoqu’auto 2018

Une OSI 20 MTS à Epoqu’auto 2018

C’est en avril 1964 que la Ford Mustang, conçue sur la base de la Ford Falcon, est lancée. Le succès est immédiat, et Ford souhaite reproduire le même schéma en Europe. 

« Une carrosserie Coupé capable de véhiculer quatre personnes, avec les mêmes composants mécaniques que la Ford Taunus 20M TS, mais avec des performances plus sportives ». Le chef de projet mandaté par Ford est Gausch Werner. J’ai déjà eu l’occasion de vous en parler en août 2016, puisqu’il était présent lors de la commémoration des 50 ans de la présentation de la voiture à la presse. Si vous avez raté ou oublié ce reportage, suivez le lien suivant

Pininfarina n’est pas disponible car occupé par la Peugeot 404. C’est donc au bureau d’étude du carrossier Italien O.S.I. que le chalenge est confié. 

Vous comprenez donc pourquoi la voiture de Quentin est exposée sur le stand du club Ford Taunus. 

Une OSI 20 MTS à Epoqu'auto 2018

A regarder le profil des deux voitures, on observe que la ligne de l’OSI 20M TS est bien plus aérodynamique que celle de la Taunus.

En 1966, lors du Salon International de l’Automobile de Genève, l’accueil du public et des journalistes est enthousiaste. Alors qu’il ne s’agit que d’un prototype (qui sera détruit par la suite) les dépositaires Ford enregistrent pas moins de 1000 promesses de commande. 

En novembre 1966, la voiture est présentée au Salon de l’Auto de Turin. Pour booster la puissance du moteur de deux litres , ce sont trois carburateurs Solex et un échappement repensé qui permettent d’atteindre les 110 CV.  Cette solution ne sera pas retenue, car c’est bientôt un 2,3 litres qui va être proposé (et sera pour l’époque, le moteur le plus puissant construit par Ford Cologne).  La fabrication débute à l’automne 1966, et le lancement est réalisé en janvier 1967 au Georghausen Schloss (lieu de la commémoration en 2017).

Une OSI 20 MTS à Epoqu'auto 2018

Parmi la palette de couleurs proposée, le bleu foncé dans lequel la voiture de Quntin est peinte. 

Le prix annoncé aux journalistes est 50% plus élevé que celui du coupé Taunus. Sans doute le prix de l’exclusivité!  Lors du Salon Automobile de Paris, en octobre 1967, Ford annonce la diffusion de la voiture dans les autres pays européens, dont bien entendu la France. Malgré un prix double de celui d’une Citroën ID 19, 400 commandes vont être enregistrées. 

En 1968, les ventes ralentissent, et la qualité n’est pas à la hauteur du prix. 

Une OSI 20 MTS à Epoqu'auto 2018

Une OSI 20 MTS à Epoqu’auto 2018

L’intérieur est conforme à ce qui se faisait à l’époque: plaquage en bois, odomètre et compte-tours, pression d’huile, manomètre de température d’eau, montre et jauge à carburant.  Parfois le cerclage est noir, parfois doré ! La casquette est en métal. Le vinyle injecté est moussé. 

Une OSI 20 MTS à Epoqu'auto 2018

Sur les premiers modèles, le cuir était une option. Boite à 4 vitesses. 

Pour tenter de redynamiser les ventes, certains revendeurs proposent le montage d’un kit turbo du Suisse Michael May qui fait passer la puissance à 180 CV pour une vitesse de pointe à 210 km/h.  Ce kit sera par la suite proposé sur les Ford Capri. 

Une OSI 20 MTS à Epoqu'auto 2018

Moteur 2,3 litres. 6 cylindres en V. 

Le dernier exemplaire construit porte le n° 2167, ce qui confirme que moins de 2200 voitures seront fabriquées, dont plus de la moitié pour le marché allemand. Les derniers modèles seront produits en mai 1968.  OSI, privé de ses revenus, va cesser ses activités. Pire encore, un incendie détruira en 1969 l’outillage et le stock de pièces de rechange!

Une OSI 20 MTS à Epoqu'auto 2018

On doit le dessin à Sergio Sartorelli. 

C’est grâce au petit historique réalisé par Quentin Tiberghien, propriétaire de cette magnifique OSI 20M TS bleue, que j’ai pu condenser ici l’histoire de cette voiture. 

Les parents de Quentin possédaient le garage de la route blanche à Chambery,  concession Ford et Matra Sport. La voiture est de famille. 

 

Une OSI 20 MTS à Epoqu’auto 2018

Automobile ancienne à votre service