à votre service
Osi Hotchkiss 2 CV

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Au Mans, c’est comme à Paris lors de Rétromobile: pour entrer dans le périmètre d’exposition, il faut montrer patte blanche. Enfin il faut surtout acheter le catalogue de la vente! On entre dans le monde du haut de gamme!

D’ordinaire, les plus belles pièces sont mises en valeur et à l’abris. La vente se déroulait sous un bâtiment éphémère de type barnum, et les belles auto y étaient exposées. Les autres étaient à la poussière, dehors.

Sur la photo on voit trois voitures:

  • La rouge est la Ferrari 250GT Berlinetta châssis court  de 1961 (voiture du salon de 1961, V12 de 3 litres) au pedigree long comme un roman. Quand la fourchette d’estimation n’est pas communiquée, c’est le signe d’une valeur stratosphérique. Et quand Artcurial édite un catalogue spécial sur la voiture, cela conforte. Du très lourd. On devra attendre car la voiture n’a pas été vendue. Trop chère?
  • La bleue est une Delage 3 litres compétition usine de 1947. Là encore l’historique était complet. Vente estimée entre 1 200 K€ et 1 400 K€.  La voiture n’as pas été vendue. Trop chère?
  • La Blanche est une Porsche 935 compétition client usine de 1977. Elle a participé 3 fois aux 24heures du Mans. Du lourd. Estimation entre 1 100 K€ et 1 500 K€. Et bien elle est partie à 1 302 K€,  frais compris.
Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

La salle.

Je commence par ces trois exemples pour illustrer les résultats de la vente que je trouve très moyens. De nombreuses voitures n’ont pas changé de propriétaire en séances:47 sur 115 pour être précis. Par exemple

  • 12 Ferrari
  • 8 Porsche
  • 3 Maserati

Je ne saurais pas dire si c’est la confirmation du tassement après la folie de l’an dernier, mais factuellement, tous les véhicules des marques prestigieuses ne se vendent pas systématiquement.

Dans une registre différent, cette Lotus à l’historique en compétition connu, et fortement « coursifiée » n’a pas trouvée preneur.  L’estimation était entre 125 K€ et 165 K€ alors qu’un modèle standard peine à trouver acheteur pour 30 K€.

Par contre la petite Ascona jaune et blanche est partie pour moins de 30 K€ frais compris.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Lotus Europa 47 GT Groupe 4

Je vais vous raconter une anecdote à propos de cette Ascona.

Normalement vous laissez une caution au moment de la vente. La voiture est alors rapatriée sur Paris aux frais du nouvel acheteur (environ 300€) à qui un forfait journalier de parking est facturé en sus en attendant qu’il vienne en prendre physiquement possession. Si vous souhaitez prendre la voiture immédiatement, il vous faut alors payer par carte bancaire la totalité du prix. Imaginez combien de personne disposent d’une CB « no limit »! Bref, le nouveau propriétaire de l’Ascona, faisait le tour de ses amis pour récolter les 30 K€. La moralité de cette histoire? Choisissez bien les amis qui vous accompagnent!!

Les voitures exposées à l’extérieur, étaient couvertes de poussière. Les trois voitures qui suivent sortaient d’une grange, et leur état n’était pas feint.

La Lancia grise datait de 1963, elle semblait nécessiter une bonne remise en route au minimum. La cote LVA indique 80 K€. Elle était estimée entre 40 et 70 K€. Elle sera finalement vendue 38 K€ frais compris.

La Delahaye bleue cabriolet estimée entre 100 et 200 K€ (le commissaire priseur n’a pas pris beaucoup de risques sur ce coup là) s’est vendue à 107 K€. pour une côte LVA à 125. Ici aussi 3 ans d’arrêt nécessiteront une bonne remise en route.

La Bugatti est issue de la même succession. Modèle 57 Ventoux de 1937. Elle est en état d’origine. Elle sera vendue pour 524 K€, bien au delà de l’estimation maximum de 350 K€.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Lancia Flamina GT Touring 2,5 litres 1963. Delahaye 135 M Cabriolet 1949. Bugatti type 57 de 1937

Dans la série poussiéreuse, et plus si affinité, une BSH de 1972 (B pour Benais, et SH pour Saint-Hilaire).  C’était semble-t-il des carrosseries en kit à monter sur des R8. Bref le modèle que nous avons sous nos yeux demande une grosse restauration, que le commissaire priseur qualifie de « fantastique projet »!  Adjugé  38 K€ au marteau!

Si vous voulez en savoir plus sur ces voitures allez sur ce site

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

BSH Guiry (du nom que son premier propriétaire lui a donné lors du passage aux mines)

Si toutes les Porsches ne se sont pas vendues, par contre les 3 exemplaires de 356 ont bien été adjugées.

Celle de 1963 est partie à 74 K€ frais compris.

L’autre de 1956 (N° 12) a été adjugée à 83 440 € frais inclus.

La troisième n’était pas coursifiée et a été vendue pour seulement 58 K€.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Porsche 356

Parlons un peu des arguments du commissaire priseur. Ils étaient deux à « tchacher » comme une paire de commentateurs sportifs. De mon humble avis, les arguments relevaient parfois du marchandage des vendeurs de tapis. Doit on considérer comme facteur de décision le filet anti remous installé par le propriétaire?

Il faut croire que les acheteurs potentiels n’ont pas été sensibles à l’argumentaire qui concernait cette, au demeurant sympathique, Bandini Italienne de 1953 . Ces auto étaient équipées de moteurs divers et variés à une époque ou les petits constructeurs se servaient largement dans les banques d’organes des gros constructeurs ‘Fiat). Celle ci a un moteur Croslew sur lequel est montée une culasse à double arbre à cames. Bien restaurée en Italie, elle était estimée entre 375 et 425 K€. Quand même!

La MGA rouge qui est derrière trouvera preneur pour 38 K€ frais compris.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Bandini 750 Sport Bialbero de 1953

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Joli cul pointu de Bandini

Pas de chance non plus pour cette très esthétique Ferrari 330 GTS de 1967, malgré une production limitée à 99 exemplaires. Il faut dire que le prix estimé n’était pas à la portée de tout le monde: entre 1 700 K€ et 1 900 K€.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Ferrari 330 GTS Spider de 1967.

Par contre, la BMW 327 cabriolet qui suit sera adjugée au dessus du maximum de la fourchette de 160 K€. Les papiers étaient allemand. Restauration soignée comme savent bien faire nos voisins d’outre Rhin. Moteur 6 cylindres qui fut par la suite utilisé sur les AC et Bristol.  Vendu pour 185 K€ frais compris.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

BMW 327 de 1940.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Très bel intérieur en cuir.

Pas de succès non plus pour cette Riley Sprite Sports de 1936. Rare et authentique, la voiture possède un historique complet et bénéficie d’un enregistrement au « Riley Register Britannique ». Cela n’a pas suffit à convaincre de débourser de 200 à 300 K€ comme imaginé par Artcurial.  Moteur de 1,5 litre et 60 cv.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Riley 1936

Restons chez les constructeurs anglais:

A l’origine cette voiture appartenait à un colonel de l’armée américaine. Cela explique le volant à gauche. Elle a fait l’objet d’une restauration depuis 2011. Le moteur de 1466 cm3 n’est même pas rodé depuis sa réfection.

Adjudication à 48 K€ frais compris, soit 10 K€ au dessus de la cote LVA. Le prix d’une voiture refaite ?

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

MG TF 1500 de 1955

63 800 Km au compteur. Peinture neuve et de nombreux frais pour 20 000 €. Série 1 reconnaissable aux petits parechocs. En résumé une belle auto propre et élégante vendue 54 K€ soit 12 K€ au dessus de la cote LVA. Ces voiture ne sont pas extrêmement chères mais coûtent un bras en entretien. Pour celle là une bonne partie était fait.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Rolls Royce Corniche 1976

La Bentley, ci après, vendue aux enchères en 2004, restera remisée pendant 6 ans avant d’être acquise par un collectionneur qui la fera remettre en état. Vendue neuve en France en 1963, elle sera adjugée à 203 K€, soit juste au dessus de l’estimation maximum (200 K€) et bien en dessous des 290 K€ de la valeur LVA.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Peu de KM pour cette Bentley S3 de 1963

La Talbot T14 LS serait de 1956 mais n’aurait été immatriculée qu’en 1958.

La Talbot-Lago T14 LS est un modèle sportif à la carrosserie 2 places élégante, dessinée par Carlo Delaisse. C’est la réplique plus petite et moins puissante de la T26. Le châssis est tubulaire et les roues avant à suspensions indépendantes. Le moteur est un 4 cylindres 2.5l à deux arbres à cames dans le bloc et soupapes en tête.
Il fournit 120 ch transmis à une boîte de vitesses ZF synchronisée. Elle était très chère, environ 2 fois le prix d’une Jaguar XK140!
Le modèle proposé à la vente est passé par la Suisse avant d’aller en Allemagne puis en Grande Bretagne.
Estimée entre 200 et 250 K€, elle sera adjugée à 221 K€ soit toujours le double d’une XK 140 .
Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Titre de circulation anglais pour cette Talbot T14 LS de 1958

Ne pas confondre Mercedes 190 SL, dont un modèle s’est vendu à 101 K€, et la 300 SL.

Cette 300 SL (avec hard top) a été remise en état et n’a parcouru que 20 000 Km depuis. La couleur blanche a été remplacée par du noir, et la sellerie rouge d’origine est passée crème. Le propriétaire ne l’aura conservée que 2 ans puisqu’il l’a achetée lors de la vente Artcurial Le Mans Classic de 2014. Il l’avait payée à l’époque 1 116 K€. Cette année elle a été vendue tous frais compris 954 K€. Qui a dit que les voitures anciennes étaient toujours un bon placement?

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Mercedes 300 SL 1961 revendue au bout de deux ans.

Pas de succès pour cette voiture vendue neuve au Maharadjah Sahib Nabha en 1941. Importée en France  en 1989, puis restaurée totalement à Toulouse. Estimée entre 70 et 110 K€. L’argument choc: elle est prête à emmener la famille en week end!. Un peu court, messieurs!

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Buick Super Eight Type 151 C d’un Maharadjha

Enfin une petite française! Une Alpine A110 1600 S de 1970. Elle a été préparée pour les compétitions historiques: caisse allégée (680 kg) moteur travaillé, embrayage céramique, boite 5 …

Vendue 95 360 € frais inclus.  Pour info, un modèle SC « non coursifié » s’était vendu 77 480 € il y a deux ans au Mans Classic.

Pour information, une Renault 5 turbo 1 de 1982 s’est vendue à 105 K€ frais compris.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Passeport historique FFSA

Belle performance pour cette 11 BL cabriolet de 1937. Grosse restauration. 60 070 Km au compteur.

Adjugée 113 240 € avec les frais, pour une cote LVA à 95 K€.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Citroën Traction 11 BL de 1937

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Bel intérieur pour cette traction cabriolet

Il n’y a pas de bonne vente sans Citroën 2CV. ici une Sahara achetée aux domaines en 1980. Au décès du propriétaire, la voiture est léguée à son jardinier !! Celui ci la vendra finalement à un collectionneur qui la vend aujourd’hui pour financer la restauration d’une locomotive !!!!  Vendue 80 K€ frais inclus.  En début d’année, un modèle similaire avait été adjugé, contre toute attente, 60 K€ (les pronostiques prévoyaient plus de 170 K€). Nous sommes loin des folies US de 2012 et 2013 avec un record à 131 K€.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Bien en évidence devant l’entrée du barnum.

Dans un tout autre genre, tout en restant français, une MVS Venturi Cup 221 de 1988.

Vitesse maxi en km/h: 245 /  400 m DA en secondes: 14,9 /  1 000 m DA en secondes: 27,2 /  0 à 100 km/h : 7,3.
0 à 200 km/h : 32,10 /  Consommation moyenne : 12,5 L/100 km. Moteur V6 PRV turbo de 200 cv.

Produite à seulement 194 exemplaire, celle à la vente porte le N° 40. 75 000 Km au compteur et troisième main.  Estimée entre 25 et 35 K€, elle coûtera au nouveau propriétaire 31 K€, frais compris. C’est dans la lignée des 27 K€ de LVA.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

MVS Venturi de 1988

Bel état pour cette Peugeot 504 V6 cabriolet qui sera vendue pour 36 K€ frais compris.

C’est le double de la cote LVA!!!

L’Aston MartinV8 volante de 1980, trouvera preneur pour 101 K€.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Peugeot 504 Cabriolet V6 de 1976

Pas d’acquéreur pour cette CD Panhard coach de 1962 préparée, malgré son moteur MIOS. Estimation entre 85 et 125 K€.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Elle aurait été exposée au salon de paris en 1962.

Egalement bleues, mais semble t il plus désirables, deux Alfa Roméo.

  • Giuletta TI série 1 de 1957.  Elle fut vendue en Suède à un pilote sur glace qui l’inscrivit aux compétitions de la saisons 1957 /1958. Vendue à un autre pilote, la voiture continua sa carrière sur glace, puis fut abandonnée dans une grange. Sauvée de la ferraille et restaurée, c’est une voiture éligible à des courses historiques.  Elle sera adjugée pour 26 224 € frais compris ce qui est au minimum de l’estimation mais dans la cote LVA. Une petite voiture sympa pour un budget raisonnable.
Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Alfa Roméo Giuletta 1957. 80 cv et un palmarès

  • Giuletta Spider Veloce  de 1960. Restauration complète fin 2015. Attestation d’authenticité d’Alfa Storico. Tout a été fait pour séduire l’acquéreur. Et cela a fonctionné: Transaction à 116 K€  frais compris pour une cote LVA à 80 K€.  Il y a deux ans, le même modèle en rouge s’était vendu 56 K€!!
Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Moteur de 90 cv pour cette très belle Alfa. Très « Dolce Vita ».

Dans des prix plus accessibles, une VW 1303 LS cabriolet de 1977 s’est vendue à 19 072 € frais compris.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

76 000 Km au compteur.

Pour conclure, les deux Mercedes ci contre se sont également bien vendues.

  • 280 SL de 1979 avec hard top. 57 000 Km au compteur. Historique limpide. 42 912 € avec les frais.
  • 280 SL de 1970 pagode cabriolet avec hard top (rouge). provenance US.  65 560 € frais inclus.
Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Les 6 Mercedes proposées ont été vendues.

Le Mans Classic enchères Artcurial 2016

Musées automobiles

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *